Ferrero : un empire fait de noisettes et de chocolat

85 %
Nutella détient 85% du marché de la pâte à tartiner en France.

En 1946, Pietro Ferrero, chocolatier-pâtissier originaire d'Alba, dans le Piémont (nord de l'Italie), imagine une nouvelle recette pour remplacer le chocolat. Car ce produit est devenu rare et cher pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a l'idée de remplacer une partie des fèves de cacao par des noisettes. Le Giandujot est né. Au départ, le produit ressemble à une plaquette de chocolat. Puis, selon la légende, un Giandujot a fondu au soleil durant l'été 1949, devenant plus crémeux. Michele Ferrero, le fils de Pietro, décide alors d'adapter la recette de son père pour fabriquer de la pâte à tartiner, qu'il vend dans de petits pots en verre. Commercialisée sous le nom de Supercrema, en Italie, dès 1951, elle rencontre immédiatement le succès, surtout auprès des enfants et des ouvriers, pour le goûter.

La Tartinoise débarque en France

L'entreprise Ferrero ouvre sa première usine en France en 1959 à Villers-Écalles, près de Rouen (Seine-Maritime). Les ouvriers produisent d'abord des chocolats Mon Chéri. Ce n'est qu'à partir de 1961 que l'usine se lance dans la fabrication de la Tartinoise, l'équivalent français de la Supercrema. Mais le nom du produit peine à convaincre les consommateurs. La famille Ferrero cherche alors une nouvelle appellation pouvant être comprise de tous. Nutsy, Nussina, Nusscrem... C'est finalement Nutella qui sera choisi, en avril 1964. Le terme vient de l'anglais nut, qui signifie « noisette », et de la terminaison féminine italienne « ella ».

LA FRANCE ENGLOUTIT À ELLE SEULE 26 % DE LA PRODUCTION MONDIALE DE NUTELLA !


Le Nutella part à la conquête du monde

Le Nutella est aujourd'hui vendu dans 200 pays. 11 usines produisent 365 000 tonnes de pâte à tartiner par an. Les ventes de Nutella sont essentiellement réalisées en Europe. La France en est d'ailleurs le plus gros consommateur. Elle engloutit à elle seule 26 % de la production mondiale. 4,6 milliards de tartines de Nutella sont consommées par les Français chaque année ! La marque a toutefois du mal à s'imposer sur les autres continents. Aux États-Unis, par exemple, le Nutella n'a été commercialisé qu'à partir de 1983 (soit 22 ans après la France). La pâte à tartiner y est concurrencée par le peanut butter, le beurre de cacahuètes, très apprécié des Américains. En Asie, les ventes sont également très faibles. Le produit ne correspond pas aux habitudes alimentaires locales.

Un ingrédient controversé

Si la pâte à tartiner contient bien du cacao (8 %) et des noisettes (14 %), elle est surtout constituée de sucre (55 %) et d'huile de palme (23 %). Cet ingrédient est accusé d'avoir des effets néfastes sur l'environnement et sur la santé (lire C'est quoi ?). En 2012, une proposition de loi a été formulée en France pour augmenter de 300 % la taxe sur l'huile de palme. La « taxe Nutella » a finalement été abandonnée, mais elle a poussé les industriels à réagir. Le groupe Ferrero a décidé d'investir sur de l'huile de palme « durable », plus respectueuse de l'environnement. Mais il n'envisage pas pour autant d'abandonner cet ingrédient qu'il juge « indispensable à la recette du Nutella ».

Un symbole de l'entreprise familiale

En plus du Nutella, Ferrero a multiplié les réussites commerciales : Mon Chéri, Ferrero Rocher, Kinder, Tic Tac... Le groupe emploie 22 000 salariés et réalise un chiffre d'affaires annuel de 8 milliards d'euros (dont 1,7 milliard d'euros rien que pour le Nutella). La multinationale (qui appartient à la famille Ferrero) est dirigée depuis 2011 par Giovanni, l'un des fils de Michele. Elle n'est pas cotée en Bourse. Au sein de ses entreprises, Ferrero souhaite garantir le « bien-être au travail ». Dans l'usine italienne d'Alba, par exemple, il existe une crèche pour les enfants du personnel, des activités sportives et culturelles sont proposées aux salariés... Ceux-ci peuvent même bénéficier d'une mutuelle jusqu'à leur mort, à condition d'avoir travaillé 30 ans dans l'entreprise. La fortune des Ferrero est estimée à 21 milliards d'euros, selon le magazine américain Forbes. Il s'agit de la plus grosse fortune d'Italie et de la 30e fortune mondiale.

Le PNNS

Programme national nutrition santé. Lancé en 2001, il a pour but d'aider la population à améliorer son état de santé (en faisant de l'activité physique, en veillant à son alimentation...). Le PNNS diffuse des messages à la fin des publicités. Exemple : « Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé. »


Michele Ferrero


Né en 1925 en Italie et mort le 14 février à Monaco, Michele Ferrero a créé la recette du Nutella et lui a trouvé son nom. Considéré comme l'homme le plus riche d'Italie, le chef d'entreprise était très discret. « On ne doit apparaître dans les journaux que deux fois : dans son avis de naissance et son faire-part de décès », disait-il.

Cet article est extrait de l'Eco, hebdo destiné aux 12-16 ans.

Si vous voulez abonner votre enfant cliquez sur la bannière ci-dessous.


A découvrir

L'ECO

Dès 14 ans - Chaque vendredi, 8 pages pour comprendre l'essentiel de l'info économique !

• Des exemples concrets, tirés de l'actualité, qui parlent aux jeunes.
• Des mots décodés, chiffres et repères clés, prix d'un produit de consommation courante à la loupe.
• Un zoom sur des produits innovants.
• Des brèves économiques françaises et étrangères.
• L'histoire d'une réussite professionnelle.