Paiements en ligne : une authentification renforcée depuis janvier

25,9 milliards €
Le chiffre d'affaires du e-commerce au 2e trimestre 2020 s'élève à
25,9 milliards d'euros.

Vous l’avez peut-être remarqué si vous avez fait un achat en ligne depuis le début de l’année : désormais, la demande d’authentification est systématique, alors que jusqu’ici, elle était facultative.

Un renforcement de la sécurité 

Concrètement cela veut dire que pour tout achat en ligne, il vous faudra soit communiquer un mot de passe reçu par SMS, soit autoriser la transaction depuis l’application mobile de votre banque. Le but de ce renforcement des règles de sécurité est bien évidemment d’empêcher des petits malins de réaliser des achats en ligne à votre insu, avec votre carte bancaire, ou plutôt avec vos numéros de carte bancaire.

Car oui, c’est bien là le problème : pour acheter en ligne, il suffit d'avoir le numéro de la carte, sa date de validité, et le code de sécurité imprimé au dos, à côté de la case réservée à la signature. Des infos ultra simples à recopier à votre insu lors d’un achat, si vous perdez de vue votre carte bancaire pendant quelques instants. 

Une authentification qui peut compliquer l'achat

La contrepartie du renforcement de cette sécurisation des achats en ligne, c’est qu’elle peut parfois vous compliquer la vie. Par exemple, si un membre de la famille réalise un achat en ligne parfaitement licite avec votre carte, mais que vous n’êtes pas dans les parages pour le valider. 

Attention : parfois, la validation avec l’empreinte digitale ou faciale a des ratés. Si cela se reproduit trop souvent, il ne faut pas hésiter à demander à votre conseiller bancaire de revenir à l’ancien système, celui du code reçu par SMS. 


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).