Perspectives 2019 : peur sur la croissance

16
Au total, 16 pays en récession industrielle et 7 sur le point d'y
entrer.

A l’évidence, l’année 2019 aurait difficilement pu commencer plus mal. Et pour cause : à côté de la poursuite du krach boursier entamé depuis septembre dernier, les indicateurs avancés de la croissance ont continué de chuter. En particulier dans l’industrie.

En décembre, on ne dénombre pas moins de 16 pays en récession industrielle et 7 sur le point d’y entrer : 23 pays en danger ! Du jamais vu depuis 2009 !

Si jusqu’à récemment la baisse de l’activité industrielle était restée concentrée sur des pays peu déterminants pour l’avenir de la croissance mondiale, la donne a désormais changé, puisque la Chine, la France, l’Italie, le Mexique ou encore la Corée du Sud ont rejoint le cercle de la récession industrielle.

L’indice « Monde » des directeurs d’achat dans l’industrie a d’ailleurs perdu 0,5 point en décembre. Avec un niveau de 51,5, il se situe à un plancher depuis septembre 2016.

Voici le fichier pdf :

EconomicWorld070119

16 pays en récession industrielle et 7 sur le point d’y entrer. Du jamais vu depuis 2009 !

Pour visualiser le tableau, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Markit, ACDEFI

En fait, seul un pays du G10 a bénéficié d’une nette amélioration de son activité industrielle, en l’occurrence le Royaume-Uni. Son indice PMI « industrie » a effectivement gagné 0,6 point en décembre et 3,1 points sur deux mois. Avec un niveau de 54,2, il se situe sur un plus haut depuis juin 2018, ce qui tranche avec les plongeons des indices PMI « industrie » dans la zone euro et en France, qui ont atteint des niveaux de respectivement 51,4 et 49,7.

Activité industrielle : la France et la zone euro plonge, le Royaume-Uni flambe. Etonnant non ?

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Markit, ACDEFI

Dans l’ensemble de la zone euro, à l’exception des Pays-Bas et de l’Irlande, les indicateurs PMI dans l’industrie ont soit fortement baissé, soit atteint des plus bas depuis 2016, soit les deux à la fois.

L’industrie en souffrance dans la quasi-totalité des pays de la zone euro.

Pour visualiser le tableau, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Markit, ACDEFI

Le gros problème pour les pays de la zone euro réside dans le fait que, jusqu’à récemment, l’activité dans les services permettait de compenser en partie les difficultés de l’industrie. Depuis trois mois ce n’est plus le cas.

En décembre, une nouvelle étape a même été franchie, puisque l’indice Markit PMI « services » de la zone euro est tombé à 51,2, un plus bas depuis novembre 2014.

Zone euro : la croissance plonge tant dans l’industrie que dans les services.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Eurostat, Markit, ACDEFI

Quant à l’indicateur composite, il a également été revu en baisse comparativement à sa première estimation, tombant à 51,1. Il a ainsi chuté de 7,7 points depuis le début 2018 et atteint un niveau qui a été enfoncé pour la dernière fois en juillet 2013.

Vers une croissance zéro pour le printemps 2019.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Eurostat, Markit, ACDEFI

Dans cette « descente aux enfers », deux pays de la zone euro se distinguent. Tout d’abord, l’Italie qui, en dépit d’une légère augmentation de ses indices Markit PMI en décembre, est bien en train de connaître sa troisième récession sur une décennie. Du jamais vu dans l’histoire des pays développés depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

L’Italie est bien entrée dans sa troisième récession sur une décennie.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Eurostat, Markit, ACDEFI

Mais, il y a désormais pire, à savoir l’effondrement de l’activité en France. Les niveaux atteints en décembre par les indices Markit PMI parlent d’eux-mêmes : 49,7 dans l’industrie, 49,0 dans les services et 48,7 pour l’indice « composite ». Des planchers depuis septembre 2016 dans le premier cas et depuis novembre 2014 dans les deux derniers.

France : la récession au coin de la rue…

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Markit, INSEE, ACDEFI

Il faut donc être clair : si un électrochoc positif ne se produit pas rapidement (cas malheureusement très peu probable), la France va tomber en récession.

Pour éviter de sombrer dans la déprime, nous terminerons cet article par deux graphiques : le premier montre que la Chine continuera de résister grâce à la bonne tenue de l’activité dans les services.

Chine : l’industrie plonge, mais les services sauvent la mise

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : NBSC, Caixin, ACDEFI

Le second rappelle que la croissance indienne devrait se stabiliser durablement autour des 7 %.

Vers une stabilisation de la croissance indienne autour des 7 %

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Mospi, Nikkei, ACDEFI

En conclusion, la croissance mondiale pourra donc continuer de compter sur ses deux locomotives habituelles, en l’occurrence la Chine et l’Inde, sera également soutenue dans une moindre mesure par l’activité américaine, mais sera encore affaiblie par l’état calamiteux de l’économie de nombreux pays de la zone euro, et en particulier de la France.


A découvrir