Pourquoi c'est le bon moment d'investir en bourse ?

6151,87
Le cours du CAC 40 atteignait 6.151,87 points le jeudi 8 avril 2021 en
milieu d'après-midi.

Je vous ai déjà parlé ici de placement à plusieurs reprises, en particulier sur les livrets d’épargne.

Investir en bourse 

Souvenez-vous la conclusion : votre argent y est à l’abri, mais ne fait pas de petits, il ne travaille pas. Rien ne se perd, mais surtout, rien ne se crée. En revanche, vous avez peut-être entendu dire que les Bourses mondiales se portent très bien. L’américaine de Wall Street a battu tous ses records. La Bourse de Paris flirte avec ses plus hauts historiques de... 2007, ce qui commence à dater.

Rien d’anormal à tout cela, même si cela peut choquer. Quand l’économie réelle est en difficulté, des sommes considérables d’argent, on parle de milliards de milliards, se reportent sur les marchés financiers. Et si vous aussi, vous suiviez le mouvement ? Je suis très sérieux. C’est sans aucun doute le moment de « jouer en Bourse ». Notez au passage que l’on dit bien « jouer » en Bourse, car dans tout jeu, on peut gagner, comme on peut perdre.

Ne pas jouer tout son argent

Si vous voulez jouer, évidemment, ne jouez pas tout, bien au contraire, jouez juste un peu. Vous avez 10.000 euros sur un livret A ? Prenez en 1.000, en acceptant le risque d’en perdre la moitié. Mais à l’inverse, si vous placez ces 1.000 euros judicieusement, dans quelques mois, ils auront peut-être fait 500 euros de bénéfices. Attention cependant, ces 500 euros, il va falloir les partager. Comme toujours l’État est là pour partager les bénéfices, moins souvent pour partager les pertes. Sur ces 500 euros, il va vous en prendre 150.

Si vous avez un PEA, un Plan d’épargne en actions, passez par lui pour investir en Bourse. Il vous permettra de bénéficier d’une fiscalité réduite. Dernière chose, souvenez-vous de deux adages boursiers : on achète au son du canon, on vend au son du violon. Et tant qu’on n'a pas vendu, on n'a pas perdu.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).