Programme : Benoît Hamon dévoile plusieurs propositions chocs

50 %
50% des marchés publics seront réservés aux petites et moyennes
entreprises françaises.

On a longtemps attendu le prpogramme d'Emmanuel Macron. Il est venu. Ce fut hier au tour d'un autre candidat à l'élection présidentielle, Benoît Hamon, de présenter le sien.

Taxer les robots, nationaliser certaines entreprises

Le candidat du Parti Socialiste a dévoilé hier ses principales propositions à la Maison de l’architecture. Benoît Hamon a expliqué que son projet de « futur désirable » s’est en partie inspiré de ceux de ses anciens adversaires de la primaire, notamment Arnaud Montebourg, Sylvia Pinel et Yannick Jadot.

Voici les idées fortes qu'il a défendues, en matière d'économie :

“réserver la priorité au made in France”. Ainsi 50 % des marchés publics seront réservés aux petites et moyennes entreprises. 

une possible nationalisation temporaire d’entreprises dont l’activité est menacée ou dont un investisseur étranger souhaite prendre le contrôle en se passant de l’accord du gouvernement français

taxer les robots (seulement dans les entreprises qui réduiront leurs effectifs), afin de permettre notamment de financer la reconversion des salariés impactés par l’automatisation des tâches.

l'augmentation du smic (de 1 150 à 1 350 euros net) et des minimas sociaux

arrêter la mise en circulation des véhicules diesel et sortir du nucléaire dans les 25 ans

recruter 25 000 enseignants en 5 ans

taxer les superprofits des banques

verser des allocations familliales dès le 1er enfant

légaliser le cannabis pour les majeurs

Un revenu moins universel

Quant à son projet phare, le revenu universel, la feuille de route a un peu évolué puisqu’il n’est plus destiné à tous les Français mais seulement aux bénéficiaires du RSA, aux étudiants, indépendants et salariés touchant moins de 1,9 SMIC. Coût de ce nouveau revenu universel : 35 milliards d’euros, financés par un bout du CICE, un bout du Pacte de responsabilité, et, nouveauté, par de la dette publique.

Benoit Hamon assume de creuser la dépense publique. C'”est pour la bonne cause”.  


A découvrir


Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.