Le plus grand risque pour l'économie mondiale dont personne ne parle d'après CNN

5 %
Selon l'OMC, la fin de la mondialisation pourrait réduire le PIB
mondial de 5%.

« Le plus grand risque pour l’économie mondiale dont personne ne parle », c’est le titre de cet article de CNN aux Etats-Unis qui revient bien évidemment sur les confinements en Chine. Des confinements massifs qui viennent directement impacter les chaînes logistiques mondiales de même que les capacités de production industrielles de l’usine du monde qu’est la Chine et qui tourne au ralenti depuis maintenant 1 mois.

400 millions de Chinois confinés, et moi et moi et moi…

Voici ce que nous dit CNN dont je traduis l’article ci-dessous.

« New York (CNN Business) Près de 400 millions de personnes dans 45 villes de Chine sont confinées totalement ou partiellement dans le cadre de la politique stricte de zéro-Covid de la Chine. Ensemble, ils représentent 40 % du produit intérieur brut annuel (PIB) de la deuxième économie mondiale, selon les données de Nomura Holdings.

Les analystes sonnent l’alarme, mais disent que les investisseurs n’évaluent pas correctement la gravité des retombées économiques mondiales de ces confinements prolongées.

« Les marchés mondiaux peuvent encore sous-estimer l’impact, car une grande partie de l’attention reste concentrée sur le conflit russo-ukrainien et les hausses de taux de la Réserve fédérale américaine », a écrit Lu Ting, économiste en chef de Nomura pour la Chine dans une note la semaine dernière.

Le plus alarmant est le confinement pour une durée indéterminée de Shanghai , une ville de 25 millions d’habitants et l’un des principaux centres de fabrication et d’exportation de Chine.

Les quarantaines y ont entraîné des pénuries alimentaires, l’impossibilité d’accéder à des soins médicaux et même des meurtres d’animaux signalés. Ils ont également laissé le plus grand port du monde en sous-effectif. Le port de Shanghai, qui a traité plus de 20 % du trafic de fret chinois en 2021, est essentiellement à l’arrêt. Les approvisionnements alimentaires bloqués dans des conteneurs d’expédition sans accès à la réfrigération pourrissent.

Les marchandises entrantes sont désormais bloquées dans les terminaux maritimes de Shanghai pendant huit jours en moyenne avant d’être transportées ailleurs, soit une augmentation de 75 % depuis le début de la récente série de fermetures. Le temps de stockage des exportations a diminué, mais c’est probablement parce qu’aucun nouveau conteneur n’est envoyé vers les quais depuis les entrepôts, selon le projet de plateforme de visibilité de la chaîne d’approvisionnement .

Les compagnies aériennes de fret ont annulé tous les vols à destination et en provenance de la ville, et plus de 90 % des camions assurant les livraisons à l’importation et à l’exportation sont actuellement hors service.

Shanghai produit 6 % des exportations chinoises, selon l’annuaire statistique du gouvernement pour 2021, et les fermetures d’usines dans et autour de la ville ébranlent davantage les chaînes d’approvisionnement.

Les usines des fournisseurs Sony et Apple à Shanghai et dans les environs sont à l’arrêt. Quanta, le plus grand fabricant d’ordinateurs portables sous contrat au monde et un fabricant de MacBook, a complètement arrêté la production. L’usine représente environ 20 % de la capacité de production d’ordinateurs portables de Quanta, et la société avait précédemment estimé qu’elle expédierait 72 millions d’unités cette année. Tesla a fermé son usine de Shanghai Giga, qui produisait environ 2 000 voitures électriques par jour.

Vendredi, le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information a déclaré dans un communiqué qu’il avait envoyé un groupe de travail à Shanghai pour travailler sur un plan de reprise de la production chez 666 fabricants clés dans la ville fermée. Les dirigeants de Tesla espèrent qu’ils seront autorisés à rouvrir leurs portes d’ici lundi, mettant fin à la plus longue pause de l’usine depuis son ouverture en 2019. Le constructeur automobile a perdu plus de 50 000 unités de production jusqu’à présent, selon des documents examinés par Reuters .

« L’impact sur la Chine est majeur et les répercussions sur l’économie mondiale sont assez importantes », a déclaré Michael Hirson, responsable de la pratique d’Eurasia Group pour la Chine et l’Asie du Nord-Est. « Je pense que nous allons connaître plus de volatilité et de perturbations économiques et sociales pendant au moins les six prochains mois. »

Les perturbations prolongées de la fabrication et de la logistique chinoises pourraient contribuer à accélérer une initiative clé de l’administration Biden visant à réduire la dépendance des États-Unis à l’égard des produits et des chaînes d’approvisionnement chinois.

Mais la tâche s’accompagne de graves répercussions économiques immédiates.

Dans un rapport publié la semaine dernière , l’Organisation mondiale du commerce a mis en garde contre le pire scénario impliquant le découplage des économies mondiales, stimulé par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, pourrait réduire le PIB mondial à long terme de 5 %.

C’est très peu probable étant donné les liens financiers profonds entre la Chine et les États-Unis. Les investissements dans les actions et obligations des uns et des autres ont atteint 3 300 milliards de dollars fin 2020, selon les données de Rhodium Group .

« Ce sont encore des économies très imbriquées », a déclaré Hirson. « Cette intégration n’est pas quelque chose qui va être facilement inversée car elle serait incroyablement coûteuse pour les États-Unis et pour l’économie mondiale. »

Pourtant, les dirigeants économiques américains estiment que le découplage est déjà en cours. Le co-fondateur d’Oaktree, Howard Marks, a écrit fin mars que « le pendule [est] revenu vers l’approvisionnement local » et loin de la mondialisation. Le président de Blackrock, Larry Fink, a fait écho à ce sentiment dans une lettre aux actionnaires de la société. « L’invasion russe de l’Ukraine », a-t-il écrit, « a mis fin à la mondialisation que nous avons connue au cours des trois dernières décennies.

Dans un discours prononcé devant le Conseil de l’Atlantique la semaine dernière , la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a déclaré que les États – Unis surveillaient de près les liens politiques et économiques de la Chine avec la Russie. « À l’avenir, il sera de plus en plus difficile de séparer les questions économiques des considérations plus larges d’intérêt national, y compris la sécurité nationale », a-t-elle déclaré.

Alors qu’elle a dit qu’elle espérait qu’une « division bipolaire » entre la Chine et les États-Unis puisse être évitée, « l’attitude du monde envers la Chine et sa volonté d’embrasser une intégration économique plus poussée pourraient bien être affectées par la réaction de la Chine à notre appel à une action résolue contre la Russie ».

Un tiers de la Chine, quant à elle, est en quarantaine et son économie souffre.

La récente réponse de la Chine à la pandémie coûtera probablement au moins 46 milliards de dollars en perte de production économique par mois, soit 3,1 % du PIB, selon une étude de l’Université chinoise de Hong Kong .

Les analystes ne croient plus que l’objectif de 5,5 % de croissance économique de la Chine pour 2022, l’objectif le moins ambitieux du pays depuis trois décennies, soit réaliste. La Banque mondiale a révisé ses estimations de la croissance économique chinoise cette semaine à 5 %, mais a noté que si ses politiques restrictives se poursuivent, celle-ci pourrait tomber à 4 %.

Les charges économiques arrivent à un moment politiquement précaire. Cet automne, le président chinois Xi Jinping demandera un troisième mandat à la tête de la nation, rompant avec la tradition d’un maximum de deux mandats.

Source CNN.com ici

Des conséquences économiques que l’on connait mais que l’on ignore !

Quand on y pense bien, ce qui se passe en Chine est totalement passé sous silence, aussi bien en terme de politiques sanitaires totalement délirantes à première vue si l’on s’en tient à la dangerosité du variant Omicron, qu’en termes évidemment économiques.

La Chine c’est l’usine du monde et l’usine du monde est à l’arrêt. L’estimation donnée dans l’article de CNN est la bonne lorsqu’ils parlent de 6 mois de problèmes logistiques et de fabrication majeurs.

Déjà que nous sommes particulièrement touchés par les effets de la guerre en Ukraine et par le choc inflationnsite consécutif, c’est une seconde difficulté qui nous attend à très court terme.

A ces difficultés, il faut rajouter celles potentielles qui nous arriveraient dessus si nous nous passions de l’énergie en provenance de Russie. Enfin, dernier choc en catalogue pour l’économie mondiale et européenne c’est évidemment la remontée des taux d’intérêt par les Banques centrales.

Bref, comme on dit chez Lidl, on est mal.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.