L'érotisme, remède anti-crise ?

50 nuances de Grey, c'est 50 millions d'euros de chiffre d'affaires en
France, six mois après sa sortie...

En cette époque de crise, le sexe fait fureur. 50 nuances de Grey, qui s'est vendu en France à plus de deux millions d'exemplaires tout tomes confondus, en est la preuve quasi incontestée.

À moins d'avoir passé ces six derniers mois sur une île déserte, coupé du monde, vous n'avez pas pu passer à côté de ce tsunami médiatique économique et.. éthique. À l'origine, ce n'était qu'un vulgaire blog relayé par des ménagères. Aujourd'hui ce livre, racontant les fantasmes sadomasochistes d'un couple idéal (lui, jeune, riche et beau, elle étudiante et naïve), s'est écoulé à plus de 40 millions d'exemplaires dans le monde.

On aurait pu penser que 50 nuances de Grey n'était qu'un coup marketing et que le soufflé allait retomber avec la parution des tomes 2 & 3 mais que nenni ! Les ouvrages composant la trilogie n'ont jamais quitté le top 10 des ventes en France depuis leur sortie. En plus de faire le bonheur (et le plaisir) de ses lectrices et de leurs conjoints (ou pas), cette trilogie a aussi fait le bonheur des libraires et de son éditeur français : les éditions Lattés. Le chiffre d'affaire total de 50 nuances avoisine probablement... les 50 millions d'euros, six mois après sa sortie.

Un bonheur ne venant jamais seul, c'est tout le secteur de l'érotisme qui profite de cette aubaine. À commencer par l'édition érotique qui était moribonde ces dernières années. À part trois ou quatre maisons d'édition spécialisées, aucun éditeur ne misait sur ce genre. Or, depuis la fin 2012, les livres érotiques réinvestissent les rayons, les libraires ouvrent à nouveau des espaces consacrés à ce genre. La FNAC de son côté a même mis la littérature érotique a l'honneur dans ses magasins et sur son site Internet.

Comme dans toute mode, des produits dérivés, officiels ou non ont été créés. Toute une ligne de gadgets érotiques estampillée 50 nuances de Grey ou surfant sur le phénomène est sortie du bois, et se vends jusque dans le hall d'accueil du Drugstore Publicis à Paris, sur les Champs-Elysées. Masques, menottes, cravaches et autres accessoires s'écoulent comme des petits pains. Là aussi, l'arrivée d'une nouvelle clientèle (la fameuse ménagère de moins de 50 ans, très chère au cœur de TF1) qui en plus des produits dérivés 50 nuances de Grey a aussi craqué sur les tenues sexy ou sur les huiles de massage, a boosté le chiffre d'affaires du secteur.

Les sites de récits érotiques ne sont pas en reste. Avant, seuls cinq ou six sites proposaient des histoires croustillantes aux internautes. En mars 2013, on en compte plus d'une vingtaine. Amandine, la responsable du site français histoires-libertines.com, note ainsi un réel engouement des femmes pour les histoires érotiques : elles représentent 70 à 80 % des connexions, identifiées grâce aux cookies et aux recettes publicitaires ciblées, base des revenus de ce genre de sites, situés à des années lumières des sites pornos consultés à 95 % par des hommes. Les annonceurs "traditionnels" ne sont pas en reste, et acceptent d'y être affichés en bannières ; vêtements, (et pas que de la lingerie), loisirs, voyages... La fréquentation du site d'Amandine a ainsi progressé de plus de 50% sur le premier trimestre, en particulier depuis les smartphones et les tablettes... car ils sont plus pratiques à emmener au lit !

Reste à savoir si un autre auteur et un autre éditeur sauront trouver le même filon chez les hommes, sans tomber dans le scabreux vulgaire porno... 


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).