Suède : vers une augmentation de 900% du prix des carburants ?

Le marché du carburant français est très concurrentiel. 60 % des
volumes vendus le sont par la grande distribution.

En France, pour tenter de freiner le tabagisme, le gouvernement augmente le prix des cigarettes. En Suède, ce sont les carburants fossiles que le gouvernement entend éradiquer. Et pour ce faire, la technique semble toute trouvée : augmenter les prix. Et pas de quelques centimes... D'ici à 2030, le gouvernement suédois qui souhaite éliminer tous les carburants fossiles, pourrait donc, comme l'a calculé l'Institut suédois de la conjoncture, augmenter les prix des carburants de 900%. En effet, pour dissuader les automobilistes, la technique est assez radicale. "Il s'agit de mesures drastiques qui entraîneront des coûts économiques importants et qui peuvent être difficile à mettre en œuvre", a expliqué la directrice de l'étude qui précise qu'"avoir 20 ans d'avance sur les autres pays aura un coût important".

Des prix multipliés par trois

Début décembre 2013, en Suède, un litre de sans plomb 98 coûte 1,67 euro. Un litre de diesel, lui atteint 1,64 euro. Ce sont déjà les tarifs les plus élevés d'Europe à peu de choses près. Mais ce n'est rien a côté de ce qu'ils pourraient devenir. Avec une hausse des taxes, ces prix pourraient être multipliés par trois. Cela étant dit, précisons que la Suède est déjà à la pointe en matière d'écologie. De nombreuses villes en Suède ont déjà mis en place des péages urbains excessivement chers limitant ainsi l'accès des centres-villes les seuls véhicules électriques (et ceux immatriculés à l'étranger) en étant exemptés.


A découvrir

Tugdual de Dieuleveult

Journaliste pour RMC.fr, Tugdual de Dieuleveult a demarré sa carrière à la télévision en réalisant un documentaire pour Canal+/Lundi Investigation (Dieuleveult : enquête sur un mystère). Il s'investit dans l'ONG Solidarité Internationale et part au Darfour en 2008 pour la Journée Mondiale de l'Eau. En 2010, il rejoint l'équipage de La Boudeuse en Amazonie et participe à l'élaboration de deux documentaires diffusés sur France 5. Il se spécialise ensuite sur le web et collabore avec plusieurs rédactions dont Europe 1, Atlantico, Oh My Food et RMC depuis 2012. Il a intégré Economie Matin dès sa création.