Le tourisme retrouve des couleurs en France

107,1 MILLIONS
Le nombre de nuitées a atteint les 107,1 millions au deuxième
trimestre.

Les touristes ont retrouvé le goût de la France, à en croire les derniers chiffres compilés par l'Insee. Le secteur a même retrouvé un niveau d'avant les attentats parisiens de la fin de l'année 2015.

Selon l'Insee, le nombre de nuitées au deuxième trimestre s'est monté à 107,1 millions, ce qui représente une progression de 10,2% par rapport au deuxième trimestre 2016… et de 4% par rapport à la même période de 2015, avant que les attentats n'endeuillent Paris à la fin de cette année, puis Nice le 14 juillet 2016. La reprise est donc forte, que ce soit chez les touristes étranges qu'auprès de la clientèle résidente, souligne l'institut. La tendance haussière de la fréquentation touristique avait débuté dès le quatrième trimestre 2016 avec une progression des nuitées de 3,9%.

Le niveau de 2015 est dépassé

C'est l'agglomération parisienne qui profite le plus de cette reprise, avec une croissance de 12,6% dans les hôtels, de 27,6% dans les autres types d'hébergement, et même de 18,7% pour les campings. Il faut dire que les conditions climatiques ont été particulièrement favorables durant le printemps. Le mois d'avril a été très bien orienté grâce au calendrier scolaire. De quoi se montrer confiant dans l'objectif des 100 millions de visiteurs étrangers en 2020, comme l'a encore souligné le ministre du Tourisme, Jean-Yves Le Drian.

Baisse du chiffre d'affaires

Mais tout n'est pas rose pour autant. Le cabinet d'études Protourisme se fait moins enthousiaste : si le nombre de nuitées a progressé, c'est surtout grâce à la baisse des prix des chambres pratiquée par les hôteliers pour gonfler la fréquentation de leurs établissements. De plus, le budget vacances des touristes a reculé d'une centaine d'euros en moyenne, ce qui a un impact chez les restaurateurs. Le chiffre d'affaires des hôteliers n'a progressé que de 3,5% au premier semestre, quant aux restaurants des littoraux languedocien et atlantique, il recule de 15 à 25%.


A découvrir