Tourisme spatial : un Institut pour s'envoyer en l'air

D'ici 2021, le marché du tourisme spatial pourrait représenter 150.000
passagers suborbitaux.

La prochaine destination touristique de prestige ne sera ni aux Bahamas, ni en haut d'une montagne, mais… dans l'espace. Une poignée de touristes très fortunés ont déjà pu goûter aux joies du suborbital - et cette tendance ne fera qu'augmenter au vu des initiatives privées dans ce domaine.

Virgin Galactic offre d'ores et déjà la possibilité de réserver un vol dans l'espace, au prix de 250.000$ la place. La -relative- démocratisation de cette nouvelle manière de voyager appelle nécessairement de nouvelles législations, c'est pourquoi l'Institut Européen du tourisme spatial (IETS) va voir le jour en septembre à Boulogne. L'Institut est une initiative de de Marc Alban, général de son état, pilote de chasse et ancien directeur du Musée de l'air et de l'espace, ainsi que de Michel Messager, membre du Conseil national du tourisme.

L'objectif de ce nouvel organisme est de collecter toutes les informations et initiatives dans ce domaine, afin d'en informer l'industrie spatiale, en particulier les sociétés qui voudront se lancer sur ce marché potentiellement très prometteur. Les clients souhaitant s'envoyer en l'air pourront également se tourner vers l'IETS, qui organisera des rencontres sur le sujet. Autre mission de l'Institut, dégager les conditions juridiques qui permettront à ce secteur de décoller.


A découvrir