Uber en Bourse : une valorisation de 100 milliards de dollars

22263
Uber emploie 22 263 personnes dans le monde (hors « chauffeurs
partenaires »).

Après des années de spéculations, Uber va entrer en Bourse d’ici la fin du mois. L’entreprise californienne, leader du VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur), est valorisée à 100 milliards de dollars.

C’est une introduction boursière d’ampleur qui attend les investisseurs. L’action d’Uber devrait coûter entre 48 et 55 $ le titre, soit une valorisation comprise entre 90 et 100 milliards de dollars. Du jamais vu depuis 2012, lors du lancement en Bourse de Facebook : le plus grand réseau social de la planète avait été alors valorisé 104 milliards de dollars, avec une action à 38 $ pièce. Les établissements financiers en charge de l’introduction boursière d’Uber ont cependant revu leur estimation à la baisse : à l’origine, la valorisation de la société avait été de 120 milliards…

La prudence des banques

Mais les banques ont pris en compte la chute de l’action Facebook peu après son introduction, ainsi que le repli enregistré par l’action de Lyft, concurrent d’Uber, qui s’est lancé en Bourse il y a quelques semaines. La prudence a joué à plein, même si le lancement de la cote d’Uber demeure un des événements de l’année ! L’entreprise compte lever 10 milliards de dollars à cette occasion, de l’argent frais qui lui permettra de financer plusieurs projets. Notamment des acquisitions : Uber va pouvoir échanger ses titres, ce dont la société était privé jusqu’à présent.

Un chiffre d’affaires multiplié par trois

L’introduction en Bourse d’Uber est également l’occasion d’en savoir plus sur la forme et l’activité du groupe. Le document remis à la SEC, le gendarme de la Bourse américain, indique que l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 11,27 milliards de dollars l’an dernier, contre 3,85 milliards en 2016. Plutôt impressionnant, mais il faut tenir compte de la dette : Uber a perdu 3 milliards de dollars en 2018, soit des pertes cumulées de 10 milliards depuis 2016. Un boulet au pied de l’entreprise qui fera peut-être réfléchir les investisseurs.


A découvrir