Maladies chroniques de l'intestin : un vaccin pour bientôt

200.000
Environ 200.000 Français souffrent d'une maladie inflammatoire
chronique de l'intestin.

Après avoir réalisé des tests concluants sur des souris, une équipe de chercheurs français devrait pouvoir mettre au point un vaccin contre les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), l’obésité et le diabète. Explications.

Protéger la barrière protectrice de l’intestin

Des chercheurs de l’Inserm de l’institut Cochin viennent de mettre au point un vaccin contre les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (maladie de Cröhn, rectocolite hémorragique), le diabète et l’obésité. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Nature Communications.

Les personnes souffrant de maladie intestinales inflammatoires (MICI) présentent un problème de microbiote avec moins de diversité bactérienne dans leur flore intestinale et un excès de bactéries exprimant une protéine appelée flagelline. Cette dernière est indispensable pour former une couche protectrice entre le tube digestif et le reste du corps qui permet d'éviter l’inflammation.

Des travaux antérieurs ont montré que des anticorps dirigés contre la flagelline étaient naturellement présents dans le mucus. Aussi, stimuler la production d’anticorps permettrait de limiter les bactéries présentes dans la flagelline et donc de préserver la barrière protectrice.

Soigner une anomalie du microbiote en augmentant les anticorps

Les chercheurs ont donc réalisé des tests sur des souris en leur injectant de la flagelline afin d’accélérer la production d’anticorps et de réduire les bactéries. Résultat, les souris présentaient un microbiote normal.

Par conséquent, « cette stratégie vaccinale est envisageable chez l’homme, puisque de telles anomalies du microbiote ont été observées chez les patients atteints de maladies inflammatoires et métaboliques. Pour cela, nous travaillons actuellement sur un moyen d’administrer localement la flagelline au niveau de la muqueuse intestinale » assure Benoît Chassaing qui a dirigé l’étude.

Reste à trouver comment réaliser un vaccin a base de flagelline. Le prochain objectif des chercheurs français. À ce jour, il n’existe pas de traitement curatif pour les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin.


A découvrir