D'ici 2021, la vidéoverbalisation sanctionnera les véhicules polluants dans le Grand Paris

68 €
L'amende forfaitaire pour non-respect d'une zone à faibles émissions
est de 68 euros.

Depuis maintenant cinq ans, les automobilistes qui pénètrent ou même traversent des zones à faible émission sont censés afficher sur leur pare brise la fameuse vignette Crit'Air, une vignette qui est censée donner ou nom le droit d'y circuler.

Les véhicules polluants sanctionnés 

Mais en réalité, ce n’est pour l’instant qu’une mesure toute théorique faute de contrôle systématique. Bien entendu un véhicule en stationnement dans une zone à faibles émissions qui ne disposerait pas d'une vignette Crit'Air au niveau est censé être verbalisé du moins en théorie. Mais même en stationnement, les véhicules polluants qui n’ont pas la chance d’être autorisés dans la zone passent le plus souvent entre les mailles du filet.

Et celles qui y roulent ne sont donc quant à elles jamais pénalisées ou plutôt leurs conducteurs. Malheureusement ce temps béni, quand on n'a pas la chance d’avoir une voiture récente, est bientôt terminé. Jean baptiste Djebbari, le ministre des Transports, a en effet annoncé que les contrôles automatisés à l’aide de caméras programmées pour cette fonction précise allaient démarrer dans quelques mois.

Vérifiez votre vignette

Et dans la foulée les radars automatiques aussi seront capables de verbaliser les contrevenants même sans excès de vitesse... Et, c’est l’objet de cette chronique, être pratique, n’espérez pas pouvoir tricher en arborant une autre vignette que celle à laquelle vous avez droit.

Les appareils de contrôle ne vont en effet pas chercher à scanner les vignettes, mais tout simplement à scanner votre plaque d’immatriculation et interroger le fichier centrale des cartes grises pour savoir à quelle vignette Crit'Air vous avez droit. Conséquence : si vous roulez en Crit'Air, 4 ou 5, ou même sans vignette, il va falloir commencer à s’inquiéter. Et si vous roulez en Crit'Air 3, les problèmes arriveront malheureusement bientôt, en 2023.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).