Le bon moment pour vendre son vélo d'occasion

80 €
Comptez 60 à 80 euros si vous voulez revendre votre vélo d'occasion.

Vous avez peut-être entendu dire que les ventes de vélos ont littéralement explosé l’an dernier en France. En ville, beaucoup ont choisi d’aller travailler en vélo afin d’éviter les transports en commun et ses cohues des heures de pointe.

Des vélos très populaires durant le confinement

Le vélo a aussi donné des idées à tous ceux qui voulaient aller se balader et prendre l’air, parfois, malgré les règles du confinement. Rappelons que la pratique du vélo sportif faisait partie des motifs de dérogation autorisés pour pouvoir sortir en journée... Résultat des courses, si je puis dire, les vélos sont devenus une denrée rare. Entre les vélos d’entrée de gamme mis en avant lors des opérations commerciales des grandes surfaces, et les vélos haut de gamme vendus très cher, il y a un trou.

Il est parfois difficile d’en trouver en stock dans les magasins de sport et chez les spécialistes de la petite reine. Alors je m’adresse aujourd’hui à tous ceux qui ont deux, trois, cinq bicyclettes ou plus qui dorment sagement dans leur garage ou dans leur cave. Qu’il s’agisse des vélos des enfants qui ont grandi, ou d’anciens vélos que vous ne voulez pas jeter, mais qui fonctionnent très bien quand même : débarrassez-vous en.

Revendre son vélo d'occasion

Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour vendre son vélo d’occasion, car il y a une vraie demande en face. Bien sûr, il va falloir les remettre en état : graisser et retendre la chaîne, regonfler les pneus, le cas échéant changer une chambre à air. N’oubliez pas de lubrifier les gaines de câbles de freins et de dérailleurs.

Mais je vous assure que ces quelques minutes d’entretien seront rémunératrices. Un bon vélo, en bon état, c’est 60 à 80 euros dans la poche. S’il s’agit d’un modèle recherché, vélo hollandais, ou vélo de course, on parle plutôt de centaines d’euros.

Retrouvez le podcast


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).