Fin du monde : même pas peur !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Bernard Petitjean Modifié le 21 décembre 2012 à 6h06
A quelques heures de la fin du monde et juste avant d’interrompre temporairement ce billet hebdomadaire (ou définitivement si les calculs des mayas s’avèrent justes), il est temps de faire un bilan de cette étrange année qui s’achève, en tentant de chercher du sens derrière les chiffres, puisque c’est notre métier.

On fait quoi, le dernier jour ? L’excellent Timetosignoff.fr rappelle à ses lecteurs que, tous les ans, le 21/12 est « La Journée Mondiale de l’Orgasme pour la Paix », dont tous nos lecteurs comprendront bien l’utilité et le mode d’emploi. Mais que penser de la mystérieuse disparition du site de l’événement ? Si cette journée n’existe plus, est-ce parce que nous aurons tous disparu ?

Comme d’habitude… Le bilan des requêtes effectuées par les Français sur Google en 2012 est rassurant. Face aux noires perspectives, on ne change rien. Dans la catégorie « Comment … », ce sont les requêtes « Comment maigrir ? », « Comment embrasser ? », « Comment grossir ? » et « Comment devenir riche ? » qui occupent les 4 premières places. On ne trouve aucune trace de questionnements sur le devenir de l’humanité.

 
Plus jamais seul. Un des intérêts de la fin du monde est de ne pas se retrouver tout seul face à l’inéluctable. Grâce aux réseaux sociaux, même s’ils ont perdu en qualité, les « amis » sont incontestablement plus nombreux. A fin décembre, la communauté de fans de Coca Cola sur Facebook aura dépassé les 56 millions d’individus, plus de 500 millions de terriens auront ouvert un compte Twitter (dont 32 millions pour suivre Lady Gaga, la célébrité qui compte le plus de « followers » !) et Linkedin comptera 187 millions d’utilisateurs.

La fin du temps. Si nous ne sommes pas encore à la fin des temps, il est quand même vrai que nous vivons une sorte de « fin du temps », grâce ou à cause d’Internet et plus particulièrement de Twitter en 2012. C’est en effet en 140 signes que Xavier Niel a déclenché la guerre des prix dans la téléphonie (9/01), que Valérie Trierweiler s’est définitivement installée dans le rôle de la méchante reine (12/06), que la désinformation a atteint des niveaux record avec la diffusion massive de photos trafiquées sur l’ouragan Sandy (29/10), que Barack Obama a remporté la palme du message le plus « retwitté » avec son « Four more years » (7/11) et que Benoît XVI a utilisé personnellement la puissance des réseaux sociaux pour twitter un message de paix (13/12).

On fait quoi, après le 21/XII ? On se dit que tout ce qui ne nous aura pas tué nous rend plus fort, que 2013 sera dure mais passionnante et, surtout, que les annonces de catastrophes reviennent de façon cyclique, comme ce jour le plus court de l’année qui annonce déjà le grand soleil de l’été. 
Et on reprend une petite louche de pensée magique : cette année, le mois de décembre compte 5 lundis, 5 samedis et 5 dimanches, ce qui ne se produit que tous les 824 ans ! Les chinois appellent cet événement « le sac d’argent » …

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Bernard Petitjean est Directeur de Seprem Etudes & Conseil.

Aucun commentaire à «Fin du monde : même pas peur !»

Laisser un commentaire

* Champs requis