4 employés sur 10 ont été absents au moins un jour en 2016

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 5 mai 2017 à 7h10
Absence Danger Entreprise Raisons Etude Sondage Sante
13%13 % des absences hors congés et RTT ne sont pas liées à des problèmes de santé.

L’absentéisme au travail coûte cher, très cher aux entreprises : environ 60 milliards d’euros par an selon l’étude 2016 de Sofaxis. Et si certaines absences sont plus que justifiées, d’autres auraient pu être évitées si l’on en croît l’étude iFop réalisée pour Securex et publiée le 4 mai 2017.

15 % des absents l’ont été plus de 10 jours

Le sondage iFop dévoile que la part de salariés qui a été absente en 2016 est très élevée : 41 % ont prix au moins un jour d’arrêt en 2016. Une part qui augmente à 50 % chez les moins de 35 ans. Voilà qui explique le coût très élevé de l’absentéisme.

Si la plupart de ces absences ont duré moins de 5 jours, 22 % des employés a été absent, hors congés et RTT, plus de 5 jours et même plus de 10 jours pour 15 % des interrogés par le sondage Securex réalisé par l’iFop.

La santé au centre des arrêts de travail

Sans surprise, ce sont des raisons de santé qui ont primé concernant les arrêts de travail : 87 % des actifs interrogés mettent en avant un problème de santé pour solliciter un jour de repos. Mais dans 13 % des cas ce sont d’autres raisons. Une part qui monte à 21 % dans les entreprises ayant entre 50 et 200 salariés. Il faut toutefois noter que 20 % des interrogés estiment qu’ils auraient pu se rendre malgré tout au travail au lieu de prendre une journée.

Lorsqu’on leur demande les raisons, autre que la santé, qui ont poussé les actifs à prendre une journée de repos, la surcharge de travail arrive en tête à 21 %. Suivent la convenance personnelle (19%), un sentiment de lassitude et d’absence de motivation (18%) et les conflits avec les supérieurs (13%).

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis