Air France : une consultation des salariés avec la démission du PDG dans la balance

Par Olivier Sancerre Modifié le 21 avril 2018 à 20h05
Air France Consultation Salaries 1
300 MILLIONSLe mouvement social a coûté 300 millions d'euros à Air France.

Jean-Marc Janaillac, le PDG d'Air France, a mis sa démission dans la balance si la consultation que la compagnie aérienne organise était négative. Une « manœuvre désespérée » pour les syndicats.

Depuis plusieurs semaines, Air France vit au rythme d'un mouvement social organisé par une intersyndicale qui exige le rattrapage du gel des augmentations générales depuis six ans. Après avoir demandé une hausse générale de 6%, les syndicats ont réduit leurs prétentions à 5,1% en deux temps cette année. La direction, après s'être campée très longtemps sur une hausse de 1% en deux temps, a proposé une augmentation de 2% immédiatement, puis de 5% étalée sur la période 2019 - 2021. Ce projet, proposé à la signature des syndicats jusqu'à ce vendredi, n'en a obtenu aucune.

Une consultation à quitte ou double

De fait, l'accord est caduc. Pour sortir de l'ornière, Jean-Marc Janaillac a décidé de rejouer la partition de son prédécesseur, Christian Blanc : en 1994, il avait remporté haut la main une consultation des salariés pour un plan de restructuration de l'entreprise, avec un enjeu — celui de sa démission. C'est la carte tentée par Jean-Marc Janaillac. Et si le vote devait être positif, le projet d'accord de la direction serait de nouveau soumis à la signature des syndicats, qui devront alors « prendre leurs responsabilités ». La consultation sera organisée par voie électronique du 26 avril à début mai. « Air France n’a pas les moyens d’augmenter brutalement ses coûts », a martelé le patron de la compagnie.

Division entre les salariés

Du côté des syndicats, cette initiative est perçue pêle-mêle comme une « manœuvre désespérée », de « l'entêtement », de « division entre les salariés », ou encore un « leurre » et un « déni de démocratie ». Il y a pourtant urgence : le manque à gagner pour Air France se monterait à 300 millions d'euros. Et pendant ce temps, la concurrence avance sans attendre. Un nouveau mouvement de grève sera organisé ces lundi et mardi prochains.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.