Alfa Romeo a dix ans pour se relancer

Par Olivier Sancerre Modifié le 17 mai 2021 à 11h44
Alfa Romeo Dix Ans Redressement 1
320Alfa Romeo a vendu 320 véhicules en France au premier trimestre

La marque Alfa Romeo a beaucoup perdu de sa superbe, mais cela ne signifie pas pour autant que Stellantis compte l'abandonner à son triste sort. Le groupe lui a donné dix ans pour rebondir, avec le budget adéquat.

Alfa Romeo fait partie de l'héritage de l'industrie automobile italienne. Créé en 1910 à Milan, la marque bénéficie d'une histoire très riche, mais malheureusement son étoile a pâli au fil des ans. En 1986, elle a rejoint Fiat, puis le groupe s'est rapproché de Chrysler. Enfin, la fusion avec le français PSA lui a permis d'intégrer le troisième constructeur mondial, Stellantis. Mais cela n'a pas suffi à redresser les comptes et l'image de marque. Pire : 70% des concessionnaires Alfa Romeo ont indiqué dans un sondage du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) qu'ils souhaitaient arrêter leur collaboration. Autant dire qu'Alfa Romeo est au bord du gouffre.

Stellantis au chevet d'Alfa Romeo

Mais Carlos Tavares, le patron de Stellantis, n'a pas l'intention d'abandonner Alfa Romeo. Pendant une conférence de presse, il a d'abord tracé le diagnostic : « il n’y a plus de connexion entre la gamme Alfa Romeo, l’histoire de la marque, et ses clients ». La solution, c'est d'améliorer la distribution et « mieux comprendre à qui nous nous adressons, quelles sont les promesses véhiculées par la marque ». Tout cela va demander du temps, et Carlos Tavares est prêt à en donner. À l'instar de Lancia, de Chrysler et de Maserati, Alfa Romeo va bénéficier d'une période de 10 ans et d'un financement pendant 10 ans pour « développer une stratégie autour d’une nouvelle gamme ».

Rendez-vous en 2031

Pour ce qui concerne la marque Alfa Romeo, c'est Jean-Philippe Imparato qui va répondre au défi. Ce dernier a été l'artisan du redressement pour Peugeot : il y a donc de l'espoir pour le constructeur italien. Celui-ci va devoir investir dans l'électrification, mais aussi dans une vision et retrouver une « passion ». Les premiers résultats sont attendus pour 2031 : cela paraît lointain, mais tout va très vite dans l'industrie automobile.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Alfa Romeo a dix ans pour se relancer»

Laisser un commentaire

* Champs requis