L’Allemagne lève le secret sur ses stocks d’or

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 21 novembre 2012 à 12h03

L'Allemagne a du coffre ! Ou plutôt, de l'or, dans ses coffres.

Mise sous pression par le Bundestag, la Banque centrale allemande (Bundesbank) vient de lever le secret d'Etat qui entourait le trésor national. 3 396 tonnes d'or, soit 132,8 milliards d'euros ! Le chiffre n'est désormais plus un secret et place l'Allemagne en pôle position des pays détenteurs d'or dans le monde, après les Etats-Unis.

Ce stock est réparti sur plusieurs endroits de la planète : 45 % du magot est gardé par la FED à New York, 31 % par la Bank Of England de Londres et 11 % par la Banque de France à Paris. L'Allemagne conservant donc 31 % de son or sur son territoire.

Cela faisait plusieurs semaines que les députés du Bundestag exigeaient la transparence totale sur ce sujet. Les médias allemands allant même jusqu'à semer un doute sur la réalité de ces réserves d'or. Certains parlementaires s'interrogent aujourd'hui sur la raison d'un stockage à l'étranger, sûrement poussés par les incertitudes qui entourent l'euro. Les précieux lingots, numérotés, ont d'ores et déjà été inspectés, notamment à Paris, pour voir si rien ne manquait.

Mais la fièvre de l'or allemande ne date pas d'aujourd'hui. Depuis 1951, l'Allemagne a acheté une grande partie de son or à New York, Londres et Paris, en décidant de le stocker sur place. Le volume d'or entreposé dans ces capitales était jusqu'alors tenu secret.

Aujourd'hui, la Buba, la commission des finances du Bundestag, a la ferme intention de rapatrier quelques 150 tonnes d'or des Etats-Unis, par bateau, dans l'intention de le faire fondre et d'en vérifier la pureté dans des lieux tenus secrets. Il ne faudrait pas attirer les pirates et les voleurs en tout genre !

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis