Ce qu’il faut retenir des annonces de François Hollande

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 15 janvier 2014 à 4h19

«Chacun dans sa vie personnelle peut traverser des épreuves, et c'est notre cas (...). J'ai un principe, c'est que les affaires privées se traitent en privé». Voilà ce qu'a déclaré le président de la République sur l'affaire qui secoue le microcosme médiatico-politique depuis vendredi, date des révélations de Closer sur sa liaison présumée avec la comédienne Julie Gayet.

Objectif : que la France « retrouve de la force économique »

Passons maintenant au fond, aux sujets économiques, politiques et sociaux abordés pendant 2h30 par le chef de l'Etat lors de sa troisième grande conférence de presse. Objectif : que la France « retrouve de la force économique ».

François Hollande a notamment parlé de son fameux « pacte de responsabilité » proposé aux entreprises, qui consiste en un principe simple, rappelé hier : « réduire les charges des entreprises en échange d'embauches ».

Le MEDEF réclamait une baisse de la fiscalité (50 milliards d'euros) et du coût du travail (50 milliards d'euros), soit rien moins que 100 milliards. Niet ! Le chef de l'Etat a tranché : ce sera 30 milliards d'euros de baisse. En contrepartie, des objectifs chiffrés, pas encore dévoilés, seront fixés aux entreprises en termes d'embauches. Le Medef évoquait, dans son scénario, un million d'emplois créables en cinq ans...

Comment faire baisser les charges de 30 milliards ? En arrêtant d'ici 2017 de faire financer les cotisations familiales par les entreprises et les travailleurs indépendants. Actuellement, les entreprises financent aux deux tiers la branche famille de la Sécurité Sociale. Dans trois ans, ce ne sera donc plus le cas. Comme l'explique Le Monde, cela permettra de réduire de 80 euros par mois le coût du travail pour un salarié payé 1 500 euros net, et de 158 euros pour un salaire de 2 300 euros.

Un Conseil stratégique de la dépense publique va être créé

Hollande a aussi abordé la question sensible des économies qu'il compte réaliser, 50 milliards d'euros de plus entre 2015 et 2017, « tout en gardant notre modèle social ». Mais il est resté flou sur les moyens d'action qu'il comptait déployer pour y parvenir, à part une relativement vague « réorganisation complète » des missions de l'Etat et une possible évolution du nombre de régions. Bref, il refile le bébé à un futur nouveau « conseil stratégique de la dépense publique » dont la création a été annoncée hier.

Last but lot least, il a annoncé la création de 50 000 emplois d'avenir supplémentaires cette année, portant leur nombre total à 150 000. Ces emplois visent à améliorer l'insertion professionnelle et l'accès à la qualification des jeunes de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés, confrontés à des difficultés particulières d'accès à l'emploi.

Se défendant bec et ongles d'opérer un quelconque tournant politique, Français Hollande se définit à présent comme un « social-démocrate ». Les socialistes apprécieront...

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis