Axa retire ses billes de l’industrie du tabac

Par Olivier Sancerre Modifié le 23 mai 2016 à 17h32
Axa Cigarette 1
2 MILLIARDSLe tabac coûte à la société 2 milliards d'euros par an.

Axa va se désengager progressivement de ses investissements dans l’industrie du tabac. En tout, l’assureur compte céder des actions et des portefeuilles d’obligations chez les fabricants de cigarettes à hauteur de 1,8 milliard d’euros.

Le geste est d’abord éthique. L’annonce a été faite par le tout récent patron d’Axa, Thomas Buberl, pendant une réunion de l’Union for International Cancer Control, et ses paroles ont été fortes : « Quand il s’agit de questions de santé, nous devons mettre l’accent sur la prévention pour protéger nos clients. Il ne nous apparait donc plus cohérent de financer l’industrie du tabac. En choisissant de désinvestir cette industrie, nous apportons notre soutien aux gouvernements du monde ».

Axa n’a pas sa place dans l’industrie du tabac

Selon Buberl, une compagnie d’assurances n’a pas à financer une activité dont le coût humain est si élevé. Et Axa espère faire boule de neige : « En tant qu’investisseur majeur et leader de l’assurance santé, nous souhaitons faire émerger des solutions. Et nous espérons que d’autres acteurs de notre secteur feront de même ».

Un geste éthique et économique

Au delà du symbole, important, se profile aussi une question économique. Le tabac va provoquer la mort d’un milliard d’êtres humains tout au long du 21e siècle, avec un coût de deux milliards d’euros par an… des frais astronomiques qu’il reviendra aux assureurs d’éponger. Et Axa ne veut pas devenir un « simple payeur de factures », a déclaré le PDG de l’entreprise.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis