Les banques doivent lutter contre les situations de fragilité bancaire

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Marine Carballet Modifié le 17 juin 2021 à 15h35
Bce Banques France Livret A 2
3,8 millions3,8 millions de personnes ont été identifiées comme « fragiles » par leurs banques à la fin de 2020.

D'après le rapport annuel de l'Observatoire de l'inclusion bancaire (OIB), le montant annuel moyen des frais bancaires payé par les clients en situation de fragilité financière a reculé en 2020. Des critères de détection renforcés ont fait progresser de 12% le nombre de clients fragiles.

Qu’est-ce qu’une personne en situation de fragilité bancaire ?

Un rapport annuel de l’Observatoire de l’inclusion bancaire (OIB), publié jeudi 17 juin 2021 révèle que plus de 3,8 millions de personnes ont été identifiées comme étant en fragilité bancaire. La fragilité bancaire se caractérise quand une personne connaît des incidents répétés sur son compte. C’est le cas par exemple de comptes à découvert. Les résultats sont inquiétants. C’est 12% de plus que l’année dernière.

Selon l’OIB, il ne s’agit pas seulement d’un effet de la crise mais de celui d’une nouvelle règlementation au sein des banques qui les a contraintes à mieux identifier les clients en fragilité bancaire. L’OIB relève que le montant moyen annuel de leurs frais bancaires n’a que légèrement reculé l’an dernier, à 248 euros, contre 255 euros en 2019.

Obligation pour les banques de prévoir un plafond des frais inférieur à 25 euros par mois

Et pour cause, une enquête menée par l’Union nationale des associations familiales (UNAF) et 60 Millions de consommateurs révélait qu’un client en difficulté sur cinq se voyait prélever chaque année par sa banque plus de 500 euros de frais pour incident de paiement. Cette situation ne pouvait pas rester inchangée et les pouvoirs publics ont du se saisir du sujet.

Depuis un arrêté pris le 16 septembre 2020, les banques ont désormais l’obligation de prévoir un plafonnement des frais inférieur à 25 euros par mois pour les clients fragiles. Selon les chiffres de l’OIB, 86% des banques se sont alignées sur le plafond de 25 euros, et cela a permis de faire reculer le montant moyen annuel de leurs frais bancaires à 248 € en 2020.

Aucun commentaire à «Les banques doivent lutter contre les situations de fragilité bancaire»

Laisser un commentaire

* Champs requis