Les Boeing 787 cloués au sol, leurs batteries mises en cause

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 17 janvier 2013 à 11h22

Serait-ce le chant du cygne du concurrent direct de notre Airbus A 350 ?

Quatre pays, les Etats-Unis, le Japon, l'Inde et le Chili ont interdit jusqu'à nouvel ordre à ces avions de décoller. Le motif ? Une incroyable série d'incidents sur le système des batteries des aéronefs. Plus de la moitié de la flotte des 50 Boeing 787 (dont 24 appareils japonais) en activité, est ainsi immobilisée.

C'est la FAA, l'autorité américaine de sécurité aérienne, qui a tiré la première. Dans la nuit de mercredi à jeudi, elle a interdit tous les vols du Boeing 787 Dreamliner, le modèle mis en cause dans cette affaire, en raison de problèmes de batteries rencontrés au Japon. Une décision pour le moins rarissime quand on sait que les Etats-Unis fabriquent l'appareil, et que seul le pays constructeur est autorisé à prendre une telle mesure au niveau mondial. C'est d'ailleurs la seconde fois que les Etats-Unis prennent une telle décision. La première fois remonte à plus de 30 ans, après des problèmes rencontrés sur des DC-10, de marque Lockeed.

Il aura fallu peu de temps pour que le Japon, l'Inde et le Chili suivent la mesure. Ainsi les 17 appareils d'All Nipon Airways (ANA) et les 7 de Japan Airlines (JAL) ont été immobilisés. Les investigations sur les batteries au lithium-ion ont déjà commencé. Les enquêteurs japonais ont d'ores et déjà déclaré que "la batterie montre des anomalies visibles à l'oeil nu". Pour autant, GS Yuasa, l'entreprise japonaise fabriquant les batteries a redit toute sa confiance envers son produit.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis