Brexit : Paris vante ses charmes à la City de Londres

Par Olivier Sancerre Modifié le 6 février 2017 à 19h33
Brexit City Londres Paris 2
3000030 000 salariés de la City sont potentiellement concernés par le Brexit.

Le gouvernement britannique semble bel et bien parti pour jouer la carte du Brexit « dur ». Les négociations s'annoncent donc serrées, et cela pourrait signifier pour les sociétés financières installées dans la City de Londres la fin du passeport qui leur permet de commercer librement avec le reste de l'Union européenne.

Ces groupes financiers ne voudront certainement pas perdre cet avantage, et plusieurs d'entre eux envisagent très sérieusement de partir de la capitale britannique. Mais pour aller où ? Paris veut proposer une alternative solide, comme la ville l'a déjà démontré par ailleurs avec le possible déménagement de 1 000 employés de HSBC.

Paris visite Londres

Ce lundi 6 février, la place financière de Paris rendait visite, à Londres, à 80 dirigeants de sociétés financières. « Il y a 20 ou 30.000 salariés de la City potentiellement concernés et je me bats pour qu'ils viennent chez nous », a indiqué Gérard Mestrallet, président de l'association Paris Europlace, à l'AFP. Il était accompagné de politiques de tous bords venus sur place pour vanter les mérites de Paris.

Les atouts de Paris

La capitale française est en concurrence avec Francfort, Luxembourg, Amsterdam et Dublin. Paris a des atouts à faire valoir, notamment sa stabilité et sa place au sein de l'Union européenne. Infrastructures, transports, immobilier (à la Défense), cadre de vie, ainsi que la présence de plusieurs grandes banques d'envergure mondiale sont des arguments qui pourraient bien faire mouche. Mais les dirigeants veulent d'abord être rassurés suite à l'élection présidentielle… et la fiscalité.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Brexit : Paris vante ses charmes à la City de Londres»

Laisser un commentaire

* Champs requis