Chômage : une hausse de plus et un bug de plus en mai

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 24 juin 2015 à 18h36
France Taux Chomage Gouvernement Emploi Relance
+1620016 200 chômeurs en plus en mai 2015, selon la DARES.

Cela commence à devenir une habitude. Les chiffres du chômage pour mai 2015 sont parus ce mercredi 24 juin : ils sont mauvais, mais en plus, ils sont... buggés !

En effet, les chiffres publiés par le ministère du Travail parlent d'une hausse de 0,5 % du nombre de demandeurs d'emploi, soit 16 200 chômeurs de catégorie A en plus. Mais le problème, c'est que le ministère explique que le nombre de demandeurs d'emploi qui ne se sont pas réactualisés à temps auprès de Pôle Emploi est anormalement faible ! Il y a deux ans, c'est le nombre de radiations qui avait été beaucoup plus élevé que d'habitude, provoquant une annonce érronnée de baisse du chômage quand il continuait en fait à progresser...

Les chiffres du chômage ne sont pas fiables

Conséquence, les chiffres du chômage pour le mois de mai ne sont pas fiables. François Rebsamen, le ministre du Travail, parle d'une hausse de 7 à 10 000 demandeurs d'emplois, contre 16 200 selon les chifffres "officiels". Et pour les chômeurs des catégories B et C (travail à temps partiel et formation) l'augmentation est de 32 000 à 42 000 selon le ministre, 69 600 selon la DARES, la direction administrative indépendante du ministère qui publie les chiffres officiels !

Mic-Mac à Pôle Emploi et au ministère du Travail

Autant dire que tout cela ne fait pas du tout sérieux, après le bug d'il y a deux ans. C'est surtout une occasion ratée pour le gouvernement d'être enfin considéré comme crédible pour tout ce qui a trait à l'emploi. En effet, les économistes s'attendent enfin à un reflux du nombre de demandeurs d'emploi en cours d'année.

Une chose reste certaine : si le nombre de demandeurs d'emploi diminue, ce ne sera sûrement pas grâce à la relance de l'embauche et à des créations de postes, mais surtout parce que les chômeurs arrivés en fin de droits, souvent des femmes ou des seniors, se découragent, et faute d'indemnisation, ne renouvellent plus leur inscription en tant que demandeur d'emploi... ce qui soulage mécaniquement et artificiellement les statistiques du chômage.. CQFD.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis