Marisol Touraine promet un « effort historique » pour réduire le trou de la Sécu

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 27 septembre 2013 à 3h11

« Aucun déremboursement, aucune franchise d'aucune sorte n'est prévu, contrairement à ce qui se faisait sous le gouvernement précédent » n'a cessé d'insister la ministre de la Santé, Marisol Touraine, en présentant son plan d'économies dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014. Et pourtant, son plan va représenter un "effort historique". Mais alors sur le dos de qui, si ce n'est celui des patients, vont se faire ces économies de grande ampleur (dans les quatre branches que compte la Sécurité Sociale, à savoir Assurance Maladie, retraite, famille et accidents du travail) ?

Salariés, familles, retraités vont payer plus pour réduire le trou de la Sécu

Et bien ce sont les salariés qui vont payer (mais ne sont-ils pas eux aussi, à un moment donné, des patients ?!). Leur fiche de paie sera amputée par une hausse des cotisations pour la retraite de quelques dizaines d'euros, proportionnellement à leurs revenus.

Mais aussi les familles -1,4 million de foyers précisément-, via la réduction du quotient familial. L'argent ainsi récolté abondera la Caisse nationale d'allocations familiales.

Sans oublier les retraités. Ceux qui ont eu au moins trois enfants verront leur majoration de pension fiscalisée. Et tous, quel que soit le nombre d'enfants, ne verront leur pension revalorisée qu'au 1er octobre 2014, six mois plus tard que prévu initialement.

Enfin ce sont les professionnels qui vont devoir se serrer la ceinture. A commencer par l'industrie pharmaceutique : les prix des médicaments, y compris celui des génériques, vont baisser, soit un manque à gagner estimé à 1 milliard d'euros. Mais aussi l'hôpital. Radiologues et biologistes vont devoir notamment baisser leurs tarifs. Les services hospitaliers vont devoir contenir leurs achats et développer la chirurgie ambulatoire, qui permet aux patients de rentrer chez eux le jour même.

Il faut dire qu'il y a urgence. Cette année, le déficit de la Sécurité Sociale s'est élevé à 16,2 milliards (certes, contre 17,5 milliards en 2012). Or le gouvernement veut le faire baisser l'an prochain à 13 milliards.

Une idée : distributer des médicaments à l'unité, et non plus par boîtes

Parmi les propositions intéressantes de la ministre de la Santé, l'idée d'expérimenter la distribution de médicaments à l'unité, et non plus par boîtes. Cela se pratique déjà dans de nombreux pays, et évite à la fois l'automédication (on va piocher dans sa trousse à pharmacie un médicament prescrit six mois plus tôt, si le mal revient), la surconsommation (souvent, le médecin prescrit un traitement sur trois mois, mais le nombre de gélules données couvrirait largement cinq mois de traitement !) et le gâchis (toutes ces boîtes de médicaments entamées qui s'accumulent dans un placard, et finissent par périmer)... A la clef, des économies considérables pour la branche Assurance Maladie, la plus déficitaire des quatres.

La dette sociale pourrait exploser

Pourquoi tant de serrage de vis ? Car la dette de la Sécurité sociale va s'alourdir de plus de 70 milliards d'euros d'ici à 2018, a averti récemment la Cour des comptes, si des efforts supplémentaires ne sont pas entrepris...

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «Marisol Touraine promet un « effort historique » pour réduire le trou de la Sécu»

Laisser un commentaire

* Champs requis