Electricité : les foyers les plus énergivores consomment neuf fois plus que les plus sobres

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 22 octobre 2013 à 10h24

Quand un foyer énergivore consomme à un instant T 879 watts, un foyer sobre n'en consomme que 99 ! C'est le résultat du baromètre Powermetrix réalisé par Wattgo, une start-up spécialisée dans la mesure de la consommation d'énergie. Et encore ces mesures ne tiennent pas compte de la consommation d'énergie liée au chauffage, sachant que les foyers chauffés au gaz ont été sortis du panel. Seuls persistent dans ce baromètre les chauffe-eau électriques, climatisations et autres équipements de piscines. Mais si ces équipements très gourmands en énergie sont sortis du panel, l'écart de consommation entre les plus sobres et les plus gourmands reste très élevé, de l'ordre de 1 à 6.

Des chauffe-eau qui chauffent inutilement

Résultat, en extrapolant ces résultats à l'ensemble des consommateurs d'électricité particuliers en France, l'on constate que la moitié de la consommation électrique est le fait de seulement 25 % des foyers en France. De l'autre côté de l'échelle, un quart des foyers ne consomme que... 5% de l'énergie électrique. Le reste, soit 50 % consomme 45 % de l'électricité.

Des appareils électroménagers anciens plombent la facture d'électricité

Les appareils qui consomment le plus sont des chauffe-eau anciens, dont les résistances sont entartrées et ont du mal à chauffer l'eau sanitaire, ou encore des chauffe-eau mal configurés, chauffant beaucoup plus d'eau que ce que le foyer n'en consomme réellement (notamment lorsque l'eau est chauffée à une température trop élevée, induisant une forte perte calorique avant consommation). De même, les appareils éléctroménagers d'ancienne génération, classés dans les catégories B, C ou D, comme par exemple un ancien congélateur, ou un sèche-linge ancien, peuvent plomber la facture d'électricité.

Pour mémoire, les salariés d'EDF ne payent que 10 % du prix de la facture, ce qui ne les incite pas spécialement à faire des économies d'énergie. Peut-être faudrait-il maintenir cet avantage sous condition d'amélioration de la consommation ?

FICHE TECHNIQUE

Le baromètre Powermetrix utilise les mesures effectives d'un millier de foyers représentatifs de la population française, sélectionnés par Wattgo.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis