Le coronavirus fait baisser le prix de l’essence

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 9 mars 2020 à 14h27
Essence Baisse Coronavirus
33 dollarsLes cours du pétrole se sont effondrés ce lundi 9 mars au matin avec un baril de Brent à 33 dollars.

Au milieu de l’avalanche de mauvaises nouvelles qui tombent depuis des semaines, il en est une qui va avoir un impact direct et très positif sur votre portefeuille. C’est l’annonce de l’effondrement des prix du pétrole brut.

Le prix de l'essence en baisse

En quelques jours, le prix du baril, qui, comme chacun sait, contient 159 litres, a été tout bonnement divisé par deux. Le pétrole est revenu à son prix de 2016, et pourrait continuer sa baisse. La conséquence à la pompe devrait se ressentir dans une dizaine de jours. Vous allez voir les prix des carburants littéralement s'effondrer.

Vous l’avez peut-être oublié, mais début 2016, le diesel était passé pendant quelques jours sous la barre des 1 euro le litre, par endroits. L’essence sans plomb, à l’époque, plus taxée que le diesel, se trouvait à 1 euro 20. Maintenant comme les taxes sur le diesel ont fortement augmenté ces dernières années, rattrapant presque les 25 centimes d’écart avec l’essence, le diesel à 1 euro, c’est probablement fini. En revanche, payer 1 euro et 10 centimes le litre, tant pour le diesel, que pour le sans plomb 95 E10, devrait être possible.

Une baisse du prix du fuel domestique

Mais là où la baisse des prix du pétrole brut va être très sensible, c’est pour ceux qui utilisent du fuel domestique, mais aussi le gaz pour se chauffer. Le litre de fuel pourrait repasser très vite sous la barre des 70 centimes.

La tonne de gaz, sous les 1.000 euros. Et pour tout ceux qui sont abonnés au gaz de ville, là encore, dès le mois prochain, les prix du kw/heure devraient fortement baisser.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016. Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time.  En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007. Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an. En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier.  Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.   Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Aucun commentaire à «Le coronavirus fait baisser le prix de l’essence»

Laisser un commentaire

* Champs requis