Deezer, la pépite du streaming n’est plus française

Par Olivier Sancerre Modifié le 8 septembre 2016 à 19h15
Deezer Change Mains 2
100 MILLIONSDeezer a levé 100 millions d'euros en début d'année.

C'est la fin d'une belle histoire française… qui deviendra peut-être une grande aventure internationale. Deezer, leader français du streaming musical, change en effet de mains et devient russo-américain.

C'est en effet le fonds d'investissement russo-américain Access Industries qui prend le contrôle de plus de la moitié du capital de Deezer. L'Autorité de la concurrence a donné son feu vert à l'opération au début de l'été, jugeant qu'elle ne portait pas atteinte aux règles de la concurrence sur ce marché très remuant.

Des parts de marché à conquérir

Deezer détient entre 40 et 50% du marché du streaming musical en France. Mais ailleurs en Europe, c'est un nain avec 5% seulement du marché en moyenne. Dans l'Hexagone, le service a largement profité de l'accord avec Orange — un de ses actionnaires historiques — pour être distribué largement et à prix cassé parmi les clients de l'opérateur. C'est désormais terminé, Deezer doit maintenant chasser les parts de marché avec ses propres atouts.

L'aventure américaine

Cet été, l'entreprise est d'ailleurs partie à l'assaut du marché très concurrentiel des États-Unis, avec une offre à 10 $ qui ressemble beaucoup à celle de Spotify et Apple Music. Mais là où le premier affiche 30 millions d'abonnés payants, et l'autre 17 millions, Deezer fait figure de challenger avec 6 millions de clients. Le fonds Access Industries a un atout en la personne de son patron, Len Blavatnik, qui est également le propriétaire de la maison de disques Warner Music.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Deezer, la pépite du streaming n’est plus française»

Laisser un commentaire

* Champs requis