Dépakine : les victimes demandent 400 millions d’euros au laboratoire Sanofi

Par Laure De Charette Modifié le 13 juin 2017 à 11h07

Après le scandale du Mediator, a éclaté celui tout aussi dramatique de la Dépakine. Et là encore, les victimes comptent bien obtenir réparation.

Sanofi : 4000 millions d'euros réclamés

Selon des informations exclusives publiées par Le Figaro, les victimes de la Dépakine viennent de saisir le juge de la mise en état du tribunal de grande instance de Paris pour ordonner la consignation de 400 millions d’euros par le laboratoire Sanofi. Le but de cette procédure est de garantir aux victimes le versement d’indemnités.

Car à cause de ce médicament, produit par le laboratoire Sanofi, 15 000 enfants seraient nés en France avec des troubles.

L’affaire a commencé il y a près d’un an. En septembre 2016, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire concernant la Dépakine après une enquête préliminaire d’un an. Mais depuis, les victimes n’ont toujours pas vu la couleur d’un dommage et intérêt.

Servier : 226 millions d'euros réclamés

La Dépakine servait à traiter l’épilepsie. Mais certaines femmes enceintes qui le prenaient ont accouché de bébés avec des malformations physiques et des troubles neuro-développementaux. Il a fallu du temps, des décennies, avant d’établir un lien de cause à effet entre la prise de ce médicament et la naissance de bébés en souffrance. Justement, les victimes ont dénoncé auprès du juge la réaction tardive du fabricant.

Tout cela fait furieusement penser au scandale du Mediator, qui lui aussi a fait de nombreuses victimes. En 2011, la Caisse nationale d’assurance-maladie avait fait une demande de cautionnement au juge d’instruction et réclamé un cautionnement, à la charge des laboratoires Servier, de 226 millions d’euros. On en est loin. A ce jour, 2 605 patients ont reçu une offre d’indemnisation pour un montant total de 60,7 millions d’euros, dont 43,5 millions ont déjà été versés.

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.