Effacer les dettes publiques

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Hubert Rodarie Publié le 4 février 2021 à 12h24
Dettes Publiques Effacer Inflation
2.674,3 MILLIARDS €D'après l'INSEE, au 3e trimestre 2020 la dette publique française au sens que l'entendent les accords de Maastricht, s'élève à 2 674,3 milliards d'euros.

Automne 2020 : après la sidération du printemps, la population occidentale vit un retour brutal au réel. Les plans d'urgence et de relance se succèdent. Les dettes publiques grimpent. L'argent semble sortir de nulle part, est-il magique ? Est-il simplement une avance sur nos revenus futurs qu'il faudra un jour rembourser ?

La magie étant vite écartée, il ne resterait alors qu'une seule alternative : une inflation maitrisée ou, après un temps de stimulation budgétaire, le retour à la rigueur.

Mais cette alternative que Jean-Claude Trichet, ancien président de la BCE, qualifie de paradigme est-elle réaliste et souhaitable ? Comment accepter que l'inflation, cumulée avec la politique monétaire actuelle annoncée comme durable, organise une spoliation des épargnants et un blocage de la capitalisation au cœur des mécanismes de redistribution ou de solidarité intergénérationnelle ? Comment accepter une rigueur budgétaire durable, qui, à cadre international inchangé, signifiera une quasi-stagnation en Occident et donc la poursuite des tendances observées depuis 10 ans, en particulier une accentuation des inégalités de toutes sortes ? Quel que soit le scénario, en interne le pacte social continuera sa dégradation et, en externe, des tensions dangereuses s'étendront. Le tout favorisera des déstabilisations dangereuses. Il n'est donc pas étonnant que, face à ces perspectives, la méfiance des peuples se renforce et que les politiques peinent à convaincre.

Pourquoi se trouve-t-on dans cette impasse ? Notre diagnostic est que la situation actuelle résulte principalement d'une inadaptation de certains principes d'organisations au cœur du dispositif global.

Il n'est plus utile de discuter de modalités techniques ou juridiques. Il faut travailler sur ces principes. Car le système économique n'est pas une donnée naturelle. C'est un dispositif construit, pensé et conçu pour organiser la production et son financement au travers d'une monnaie et d'un système financier…….

Aujourd'hui, comme dans l'après-guerre, la question monétaire revient au cœur des débats et avec elle la pertinence de l'organisation de la création monétaire et de la gestion de la monnaie. Les Banques Centrales elles-mêmes sont responsables de ce retour sur un sujet que l'on croyait traité depuis longtemps. Car, avec les politiques non-conventionnelles, le système n'a plus qu'une unique réponse et elle est monétaire : toujours plus de dettes publiques et de création monétaire, et ce, malgré douze ans d'inefficacité de telles mesures. Sans réflexion sur la question monétaire on ne peut pas discuter des enjeux de telles politiques. ….

Pourquoi un tel blocage ? La réponse est l'existence d' un consensus unanime sur des représentations spécifiques des phénomènes monétaires … citons que l'assimilation des dettes publiques à des dettes agents économiques ordinaires en fait partie….Ce consensus est si bien intégré dans quasiment tous les esprits qu'il est devenu pour le plus grand nombre une évidence. Il constitue les fondations intellectuelles ou le cadre conceptuel (conceptual framework) de la justification scientifique de modèles théoriques et techniques, et par là des organisations.

Ainsi, le système monétaire actuel, construit rationnellement en se fondant sur ce consensus, parait donc logiquement sans alternative crédible. Même en cas de dysfonctionnements avérés, personne ne pense à mettre en cause le consensus. Les responsables économiques et politiques sont alors logiquement bloqués car ils assimilent à tort des règles d'action issues de ce consensus à des lois physiques immuables et intransgressibles. C hanger ces règles lorsqu'elles sont inadaptées leur est intellectuellement impossible. Et ce d'autant que les paradigmes en cause fondent leurs propres pouvoirs. Et, évidemment, ces attitudes sont renforcées par l'action de certains qui profitent de la situation actuelle.

C'est donc une réforme monétaire fondée sur une rénovation du consensus qui parait de plus en indispensable pour sortir par le haut de la crise actuelle. Cette réforme devrait avoir deux axes :

1. Le traitement du passé par l'effacement de montants significatifs de dette publique, mais sans détruire la masse monétaire correspondante.

C'est possible, car les dettes publiques ne sont pas des dettes ordinaires, l'Etat n'est ni une entreprise, ni un ménage, il représente la collectivité. Or lorsque l'on se souvient que la monnaie est elle-même un crédit que se donne la collectivité à elle-même, monnaie et dette publique sont en fait deux expressions particulières d'une même réalité, le crédit collectif nécessaire pour faire fonctionner une économie. On peut donc passer de l'une à l'autre sans contrevenir à cette réalité. Mais alors il faut se libérer, comme cela vient d'être dit, des conventions utilisées pour construire ce système de gestion de cette réalité mais qui se révèle aujourd'hui inadapté. Cet effacement peut se faire au sein de la Banque centrale et concerner des dettes publiques détenues ou rachetées à cet effet. Cette opération est nécessaire pour donner les moyens budgétaires pour adapter l'économie à la situation présente mais elle n'est pas suffisante.

2. Pour le futur, l'amélioration de la maîtrise de la création monétaire dans ses deux canaux : les déficits publics et les crédits bancaires.

C'est indispensable car les mécanismes en place depuis cinquante ans pour réguler n'ont pas été efficaces pour contenir l'endettement public et privé sur des niveaux soutenables. Il faut les modifier. Nous le savions depuis 2008, mais le choix fut alors de repousser les réformes en adoptant les politiques non conventionnelles. Or, de telles réformes seraient intéressantes pour les banques elles-mêmes car on peut y trouver des moyens de refonder leur modèle économique, d'alléger les contraintes qui pèsent sur elles et de renforcer leurs capacités de financement des entreprises.

Mais pour être vraiment efficace et concourir à l'installation d'un ordre économique plus stable, cette réforme monétaire interne à la zone monétaire doit être soutenue par une correction des déséquilibres externes entre les grandes zones monétaires et qui sont à l'origine de l'endettement global par :

3. Le rééquilibrage mondial de la consommation et de la production de biens et services aisément reproductibles et de leurs valeurs ajoutées. Cela passera par la déconcentration et la relocalisation d'une partie de cette production.

Cela nécessite de revisiter le dispositif Ricardien qui justifie actuellement le commerce international de façon financière pour y intégrer des critères extra financiers, sociaux, environnementaux et climatiques et en prenant en compte la dimension liée aux mouvements de capitaux qui en est, aujourd'hui, toujours absente.

4. Le retour à un Système Monétaire International véritablement régulateur, adapté au caractère multipolaire de l'économie mondiale.

Cela impose une réduction très forte des réserves de change et la limitation drastique des accords de change.

Vastes projets, certes, mais, de notre point de vue, pour les mettre en œuvre, ils dépendent moins d'une hypothétique gouvernance mondiale sage et éclairée, que de l'existence d'une action résolue face à une réalité qui émergera nécessairement, à cause du caractère inacceptable pour les populations de l'impasse conceptuelle et organisationnelle actuelle….

Pour trancher ce nœud gordien moderne où trouvera-t-on un Alexandre ? Ou un Franck D. Roosevelt pour lancer nos économies sur un nouveau New Deal ? Ce n'est pas la moindre des questions que posent la situation actuelle.

1 Hubert Rodarie, Effacer les dettes publiques, c'est possible et c'est nécessaire, Editions ESKA 2020 2 Page 12 in Philippe Dessertine (dir.) Dettes publiques : potion magique ou poison, 2020 3 Cf. opus cité. 4 Cf. opus cité voir en annexe un exemple de modalités.
Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Hubert RODARIE est président de l’Af2i,Association française des investisseurs institutionnels. Il a été Directeur Général Délégué d'un groupe de compagnies d'assurance (SMABTP), en charge des finances et de l’activité d’assurance de personnes.  Ingénieur diplômé de l’École centrale de Paris et de l’Institut d’études politiques de Paris, titulaire d’un DEA de mécanique des sols et de structures, il a débuté sa carrière comme ingénieur au Commissariat à l’Énergie atomique et à l’Électricité de France, en travaillant pour le programme électronucléaire français sur des sujets de dynamisme sismique puis d’ingénierie. Depuis 1985, il s’est tourné vers les activités financières, d’abord sur les marchés financiers au sein d’Electricité de France puis en étant Directeur Général de l’Union de Garantie et de Placement. A partir de 1991, il travaille dans les activités de gestion d’actifs financiers en tant que Directeur Général d’une société de gestion puis pour le groupe SMABTP (2001-2020). Au cours de sa carrière, il a eu le souci de participer à l’organisation de la Place financière et à participer aux réflexions sur les structures économiques et financières. A ce titre, il a conduit un programme scientifique sur les modélisations financières depuis 2004. Il a organisé, à partir de 2011, des colloques scientifiques bisannuels sur les normes financières en association avec le monde universitaire et de la recherche. Il écrit régulièrement dans la presse sur les questions économiques et de politique monétaire. Il est l’auteur de trois ouvrages, dont aux éditions Salvator La pente despotique de l’économie mondiale(2015) prix DFCG-TURGOT, le dernier est paru aux éditions ESKA, Effacer les dettes publiques c’est possible et c’est nécessaire (2020). Il est membre du Cercle Turgot, et du Jury du Prix Turgot, membre de l’Académie de Sciences Commerciales et Chevalier de la Légion d’Honneur.  

Aucun commentaire à «Effacer les dettes publiques»

Laisser un commentaire

* Champs requis