Le dynamisme des start-ups de cybersécurité Made in France

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Philippe Get Modifié le 16 février 2021 à 11h57
Cybersecurite France Start Ups
98 millions €La start-up Alsid a été achetée par l'américain Tenable pour 98 millions d'euros.

Les start-ups et entreprises françaises du secteur de la cybersécurité attirent bien des convoitises en raison de leurs compétences pointues. Le récent rachat d’Alsid pour 98 millions d’euros par l’américain Tenable illustre l’attractivité d’un secteur où les pépites se multiplient depuis plusieurs années. Des entrepreneurs comme Pierre Polette (board member d’Alsid, cofondateur d’Hackuity et CEO de Talentia Software) participent à l’émergence de ces start-up françaises.

Les jeunes pousses de la cybersécurité s’appuient désormais sur des entrepreneurs ayant déjà réalisé une première exit. A l’instar de la Silicon Valley, qui affiche des start-upers ayant déjà vendu plusieurs fois leurs entreprises et capables d’investir dans de nouvelles entités, l’écosystème français commence à compter des entrepreneurs comme Patrick Ragaru, CEO d’Hackuity et Pierre Polette, board member d'Alsid et cofondateur d'Hackuity, tous deux business angel de la première heure et présents aux boards d’Alsid.

Ces personnalités apportent leur expertise, leurs compétences financières et en termes de RH pour accélérer les start-ups et construire rapidement des entités, qui permettent en l’occurrence en quelques mois l’émergence d’un acteur comme Hackuity. Pierre Polette est d’ailleurs aujourd’hui président de Talentia Software, l’un des principaux acteurs français de la digitalisation des RH et de la gestion financière des entreprises.

Alsid : près de 100 millions d’euros pour l’expert de l’Active Directory

C’est une des belles acquisitions de l’année dans le petit monde de la tech et de la cybersécurité. La start-up Alsid, ultra-spécialisée dans le domaine de la sécurisation de l’Active Directory (l’outil de mise en œuvre des services de Microsoft, présent dans la quasi-totalité des ordinateurs), a été achetée par l’américain Tenable pour 98 millions d’euros. Fondée en 2016 par deux anciens ingénieurs de l’ANSSI, Luc Delsalle et Emmanuel Gras, elle s’est spécialisée dans la réduction des risques d’intrusion dans les réseaux des entreprises, grâce à une solution d’analyse et de sécurisation en temps réel des infrastructures Active Directory (AD).

Si certains déplorent de voir une nouvelle pépite de la French tech passer sous pavillon yankee, on peut également se féliciter de l’attractivité du secteur, et en particulier des acteurs hexagonaux de la cybersécurité, qui commencent à se faire une petite réputation à travers le monde. Il y a quelques mois, c’était la start-up lyonnaise Sentryo, spécialiste de la sécurité des réseaux de systèmes de contrôle industriels, que rachetait le géant Cisco.

Pierre Polette note d’ailleurs : « Emmanuel et Luc, les deux dirigeants d’Alsid, combinent une idée simple et robuste, des capacités de travail hors normes et un talent certain. L’alliance idéale de qualités pour se frotter aux meilleurs entrepreneurs mondiaux. Nous avons la chance dans l’écosystème français de pouvoir nous appuyer sur des entrepreneurs de premier plan, qui, bien financés et accompagnés sont capables de construire des entreprises de la qualité d’Alsid. »

Prix de la start-up FIC : l’excellence française en matière de cybersécurité

Le Forum International de la Cybersécurité (FIC) a récompensé cette année trois start-ups françaises : GitGuardian, qui a reçu le Prix de la startup FIC, Hackuity, qui s’est vu décerner le Prix du Jury et Ubble, qui a reçu le Coup de cœur du Jury. Trois start-ups qui ont en commun d’être des jeunes pousses de la cybersécurité.

GitGuardian est une start-up de cybersécurité apportant des solutions contre la fuite de secrets via le code source. Jérémy Thomas, le CEO de GitGuardian n’a pas hésité à évoquer une « ambition, que ce soit au niveau européen ou mondial ». Pour Patrick Ragaru, le fondateur de Hackuity, spécialiste de la correction des failles, le prix FIC vient « confirmer nos ambitions de croissance, valider la pertinence de nos investissements en termes d’innovation deeptech et notre vision pour une approche automatisée et intelligente d’une pratique fondamentale de la cybersécurité ».

Le développement d’un écosystème cyber dynamique

L’aventure Alsid a été financée par plusieurs représentants de l’écosystème français du venture capital : Idinvest (Sigfox, Criteo, Happn, Deezer, Dailymotion…), 360 Capital et Axeleo. Cet écosystème parvient manifestement aujourd’hui à accompagner le déploiement d’entités de premier niveau. Nul doute que Tenable l’a emporté dans la compétition pour le développement d’Alsid en offrant des perspectives de développement ambitieuses à la start-up.

Dernier sujet : Le FIC continue chaque année à jouer son rôle de rassembleur de la filière. L’écosystème français, soutenu par la BPI, regroupe aujourd’hui un ensemble d’acteurs dynamiques. Une autre start-up en vogue dans la cybersécurité, Cybelangel, figure dans le récent next40 des quarante start-ups jugées les plus prometteuses.

D’autres entreprises, comme Tehtris, Gatewatcher ou Sqreen ont réalisé des parcours prometteurs. De bonnes nouvelles pour l’écosystème cyber français.

Laisser un commentaire

* Champs requis