Michel Sapin : « Economiser 50 milliards d’euros ne dépend pas du scrutin municipal »

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 25 mars 2014 à 9h35

Et pourtant les rumeurs de remaniement se font de plus en plus pressantes. Un point que valide Michel Sapin, après la claque subie par le PS au premier tour des élections municipales. Pour autant, le ministre du Travail souhaite bien maintenir la politique de réduction des dépenses publiques menée par le gouvernement.

Le ministre du Travail valide l'idée d'un changement de ministres, pas d'un changement de politique.

Remaniement ministériel : "Il faudra changer" selon Michel Sapin

Interrogé ce mardi 25 mars sur RTL, Michel Sapin a admis l'idée d'un remaniement ministériel après les élections municipales, ou du moins si le second tour se passe aussi mal que le premier pour la gauche, qui a subi dimanche 24 mars dernier, un fort revers dans les urnes. A ce sujet, Michel Sapin avoue qu'il "faudra changer", de manière à faire comprendre aux Français en colère que l'exécutif les a compris.

Pas de changement de politique en vue

Pour autant, pas question de changer de politique. "On peut regarder passer les trains au premier tour, mais on ne peut pas laisser dérailler le train de la République au deuxième" a confié le ministre du Travail au micro de RTL. En clair, les Français peuvent être remontés contre le gouvernement, soit, mais pas question de changer de politique, particulièrement au sujet de la réduction des dépenses publiques.

Michel Sapin confirme qu'il n'y aura pas de hausse d'impôts

"Economiser 50 milliards d'euros de dépenses publique ne dépend pas d'un premier, deuxième ou troisième tour de scrutin municipal C'est l'intérêt supérieur de la France" confiait à ce propos Michel Sapin dans le quotidien Les Echos. La politique de rigueur menée par François Hollande n'a donc aucun raison de cesser, d'après le ministre. Même topo, selon lui, pour la fiscalité. Michel Sapin a confirmé qu'il n'y aurait pas de nouvelles hausses d'impôts pour financer la politique gouvernementale. Affaire à suivre.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis