Veolia, Areva et Auchan se voient décerner le « prix Pinocchio »

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 21 novembre 2013 à 2h54

Pinocchio, comme chacun sait, était peu connu pour la véracité de ses propos. C'est donc sans gloire aucune que trois entreprises -Veolia, Areva et Auchan- se sont vues décerner le « Prix Pinocchio » par les Amis de la Terre et d'autres ONG. En cause, leur impact environnemental ou social.

Areva reçoit le vrai-faux prix "Plus vert que vert"

En réalité, ce sont des internautes -41 000 précisément- qui ont voté. Ils se sont d'abord prononcé sur le groupe "Plus vert que vert", responsable de la "campagne de communication la plus abusive et trompeuse". Le grand vainqueur est Areva, le groupe industriel du secteur de l'énergie spécialisé dans les métiers du nucléaire et des énergies renouvelables.

Pourquoi ? Car l'entreprise a ouvert un musée sur le site d'une ancienne mine d'uranium en Haute-Vienne, tout en continuant à exploiter des mines d'extraction d'uranium dans le monde entier, notamment au Canada, au Kazakhstan et au Niger.

Dans la catégorie "Une pour tous, tout pour moi", c'est Veolia qui arrive en première position, bien malgré elle. Cette fois, est clouée au pilori sa "politique agressive en termes d'appropriation, de surexploitation ou de destruction des ressources naturelles", et notamment son implication dans des projets de privatisation de l'eau en Inde.

"Mains sales, poches pleines" : Auchan numéro un

Enfin, dans la catégorie "Mains sales, poches pleines", au titre éloquent, c'est Auchan qui arrive en pole position. Les internautes et les associations épinglent le fait que "le numéro 2 de la grande distribution en France refuse de reconnaître sa responsabilité et de participer à l'indemnisation des victimes de l'effondrement des usines textiles du Rana Plaza au Bangladesh, alors que des étiquettes de ses vêtements ont été retrouvées dans les décombres de cet accident qui a fait 1 133 morts".

A chaque fois, les entreprises incriminées ont farouchement démenti ces allégations et défendu leur politique sociale et environnementale. De quoi convaincre les internautes mobilisés ?!

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «Veolia, Areva et Auchan se voient décerner le « prix Pinocchio »»

Laisser un commentaire

* Champs requis