Défense : le système de paiement Louvois officiellement abandonné

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 26 novembre 2013 à 12h36

Plusieurs centaines de millions d'euros : C'est ce que Louvois aura coûté au budget de l'Etat pour être développé, mis en place, et... dysfonctionner. Un chiffre flou ? Pour cause, on ne connaît pas encore l'ampleur des dégats causés par Louvois, qui devait assurer le paiement et la bonne gestion des soldes des personnels militaires et civils de la Défense.

Louvois : 465 millions d'erreurs de soldes en 2012

Sur la seule année 2012, l'écart de dépenses entre le budget prévisionnel et ce que Louvois a versé aux soldats est de... 465 millions d'euros. Le pire, c'est que si certains militaires ont trop touché, beaucoup ont aussi été victimes de soldes à zéro, ou à 100, 200, 500 euros, sans explication et ce parfois pendant des mois. En tout, 120 000 réclamartions sur soldes auraient été transmises par les militaires concernés à leur hiérarchie, et traitées parfois tardivement. On ne compte plus les témoignages de familles de militaires, en particulier ceux en mission à l'étranger, qui ont du faire appel à la solidarité familiale, à des crédits bancaires exhorbitants, voir, vendre des actifs, voiture ou maison, pour passer le cap ! Le ministère de la Défense prétend qu'il ne reste plus que quelques centaines de dossiers litigieux en souffrance, quand les associations de militaires parlent de dizaines de milliers...

Conscient que Louvois ne peut plus être amélioré ni réparé, le ministre de la Défense, Jean Yves le Drian, a donc confirmé ce matin sur Europe 1 que le système serait débranché prochainement. Seulement voilà, il faut, avant de basculer sur un nouveau système de paie, continuer en attendant d'utiliser Louvois.... "On va remettre en place un dispositif plus robuste, qui va être préparé avec beaucoup de vigilance, qui va être expérimenté, et qui va se mettre en place dans les mois qui viennent" a déclaré Jean-Yves le Drian.

La Défense devra payer des indemnités de rupture

La société de services informatiques Steria, qui a participé au développement de Louvois, a précisé ce matin que la partie "calcul de soldes" n'avait pas été développée par ses services mais en interne, par le ministère de la Défense. On sait déjà que Jean-Yves le Drian a renoncé à chercher les responsabilités dans cette affaire, conscient qu'il y avait beaucoup plus à perdre qu'à y gagner. L'abandon de Louvois risque cependant de coûter cher à la Défense aussi en indemnités de rupture à servir aux sociétés partenaires, qui bénéficiaient de contrats pluri-annuels sur appels d'offres, et dont la responsabilité ne sera donc pas mise en cause.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016. Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time.  En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007. Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an. En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier.  Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.   Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Aucun commentaire à «Défense : le système de paiement Louvois officiellement abandonné»

Laisser un commentaire

* Champs requis