Centrafrique : l’Europe est prête à participer financièrement à l’intervention

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 17 décembre 2013 à 3h30

Laurent Fabius voulait « un concours plus solide, plus fort [des Européens] y compris sur le terrain », il l'a eu ! Hier à Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères réunis lors du Conseil des Affaires étrangères ont pris une décision : ils vont examiner les mécanismes de financement possibles pour les opérations d'urgence.

L'Union débloque plusieurs enveloppes

En somme, ils vont se pencher sur la question d'une participation financière en Centrafrique, où la France est déjà engagée financièrement et militairement.

Le ministre des Affaires étrangères français a évoqué un soutien « unanime » des Etats membres de l'Union pour l'opération menée en Centrafrique.

Concrètement, l'Europe va tripler l'aide humanitaire, aujourd'hui de 20 millions d'euros. Elle va débloquer une somme de 50 millions d'euros pour aider au financement des forces internationales africaines. Plus une enveloppe de 23 millions d'euros qui servira, une fois le conflit terminé, à aider le pays à repartir sur des bases saines, par exemple en préparant des élections et en rouvrant des administrations.

Par ailleurs, certains pays de l'Union pourraient apporter un soutien militaire à la France. Ainsi la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Belgique et l'Espagne vont participer au transport de troupes et de matériels vers Bangui.

Pas d'armée européenne à l'heure actuelle

Actuellement, l'Union européenne n'ayant pas d'armée, elle n'a pas non plus de budget militaire. Il existe en revanche un mécanisme de financement des opérations militaires appelé Athéna, qui peut financer les éventuels coûts d'opérations militaires, à condition qu'elles aient été décidées par les 28 pays membres...

L'opération française pourrait couter 150 millions d'euros selon certaines sources. A titre de comparaison, la campagne malienne a coûté 647 millions d'euros selon la Cour des comptes. Et la France a dépensé 368,5 millions pour l'opération de sept mois en Libye et 493 millions pour l'intervention en Afghanistan.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis