Evasion fiscale : la France aurait falsifié la liste d’Hervé Falciani

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 22 janvier 2014 à 11h16

Rebondissement dans l'affaire Falciani, cet ancien informaticien de la banque HSBC Genève, exilé en France en 2008 avec une liste de 127 000 clients. D'après le quotidien économique suisse, Agefi, la France aurait supprimé de cette liste 3 300 noms de clients, français évidemment.

Alors que l'Agefi révélait le 20 janvier dernier que Hervé Falciani, l'ex-employé de la banque HSBC, aurait cherché à monnayer les noms de sa liste à raison de 1 000 dollars par client révélé (lire ici), le même quotidien économique suisse affirme mercredi que l'Etat français aurait falsifié en 2009 le listing de Falciani, en supprimant 3 300 noms de clients français, soupçonnés d'évasion fiscale.

Un rapport de la police suisse prouverait la suppression de ces 3 300 noms

Des déclarations qui viennent contredire le rapport parlementaire français de juillet dernier. Pourtant, l'Agefi déclare aujourd'hui être "en mesure d'affirmer sans conditionnel que le contenu des listes a bien été modifié". Une information que le quotidien révèle aujourd'hui après avoir consulté un rapport de l'Office fédéral de la police suisse. Les rapports de la police helvétique avaient auparavant permis au média économique de révéler que Hervé Falciania aurait cherché à vendre ses informations à l'Allemagne d'abord, puis à la France.

Le ministère des Finances nie toute modification de la liste de Falciani

Pour l'instant, le ministère des Finances, contacté par l'AFP, infirme totalement ces informations, renvoyant au rapport présenté en juillet 2013 par le Rapporteur du budget à l'Assemblée nationale, Christian Eckert, qui niait déjà toute suppression sur la liste de Hervé Falciani. Le rapport déclarait à l'époque que "l'élaboration des listes de contribuables établies par l'administration fiscale a donné lieu à de nombreux commentaires dans les médias. Le Rapporteur général ne peut qu'infirmer l'affirmation que des contribuables auraient disparu".

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis