Fessenheim : fermera ? Fermera pas ? Le mystère demeure

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 17 octobre 2014 à 11h44

La centrale de Fessenheim « fermera » assure Emmanuelle Cosse, à la tête du mouvement écologiste Les Verts. Même que c'est François Hollande qui lui a promis lundi 13 octobre 2014 a-t-elle déclaré sur France Inter ce vendredi 17 octobre 2014. François Hollande, le Président de la République, la même personne qui le 8 octobre 2014 avait refusé une mise sous conditions de ressource des allocations familiales... avec le résultat qu'on connait.

D'ailleurs, selon Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a déclaré jeudi 16 octobre 2014 que la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim n'était pas à l'ordre du jour... ni à l'ordre de la loi sur la transition énergétique. Alors, qui a raison ?

La fermeture de Fessenheim va-t-elle avoir lieu ?

Bientôt les sites de paris en ligne vont se faire un plaisir de faire parier les joueurs sur la fermeture ou pas de la centrale de Fessenheim... car depuis le temps qu'on en parle personne n'a encore réellement compris ce qu'il va se passer.

Et ce vendredi 17 octobre 2014 l'affaire ne s'éclaircit pas avec les propos d'Emmanuelle Cosse, à la tête des Verts : elle affirme que François Hollande lui a promis que « Fessenheim fermera avant 2017. C'est un engagement du président de la République ».

Dans un éclair de lucidité, toutefois, elle précise « je sais bien que je suis peut-être la seule personne en France à le croire »... effectivement. Les Français ne croient plus à la parole de François Hollande.

Stéphane Le Foll dit que Fessenheim ne fermera pas... Royal reste floue

Décidément, personne ne sait rien au gouvernement. Le porte-parole, Stéphane Le Foll, a déclaré jeudi soir que la fermeture de Fessenheim « ne figurait pas dans la loi » de transition énergétique votée à l'Assemblée Nationale.

Ségolène Royal avait également laissé entendre que la réduction de 75% à 50% de la part du nucléaire dans le mix énergétique français allait plutôt se concentrer sur la fermeture de réacteurs nucléaires dans des sites où il y en a plus d'un en fonction... plutôt que sur la fermeture de sites entiers. Autant dire que Fessenheim ne devrait pas fermer.

Mais pour la ministre de l'Ecologie « c'est une hypothèse avancée dans la campagne présidentielle. C'est pour l'instant la seule ». Puis, évitant de se mouiller, elle laisse le dernier mot à l'ASN, l'Autorité de Sûreté Nucléaire : « si elle nous dit que Fessenheim doit fermer, elle fermera ».

Mais pour l'instant, on n'en sait trop rien.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis