Le FMI veut taxer l’épargne pour éponger la dette des États

Par Olivier Sancerre Modifié le 10 octobre 2013 à 15h16

En 2014, l'endettement des États atteindra un nouveau record. Pour régler ce problèmes, le FMI prône une solution radicale et iconoclaste, bien éloignée de la doxa libérale à laquelle le Fonds nous avait habitué.

Le Fonds Monétaire, à la veille de son assemblée générale, estime que les plus riches et l'épargne devraient être taxés plus fortement. Ce prélèvement, qui ne serait mis en oeuvre qu'une seule fois, piocherait ainsi 10% de l'« épargne nette positive » des ménages, un scénario imaginé pour la zone Euro afin d'alléger les dettes des États. Cette imposition exceptionnelle permettrait aux pays de retrouver leur niveau d'endettement d'avant la crise de 2008.

Une analyse théorique avec de forts gains à la clé

C'est évidemment un exercice purement théorique, car une telle taxe serait de nature à bousculer profondément la stabilité du système financier international. Néanmoins, cette analyse est nourrie par la forte hausse de la richesse du 1% de la population mondiale la plus fortunée. Un niveau d'impôt sur le revenu au niveau des années 80 pour cette frange de la population représenterait « 0,25 % du produit intérieur brut, mais dans certains cas, comme les Etats-Unis, les gains pourraient être bien supérieurs », décrit le rapport du FMI.

Une dette bien supérieure en 2012 qu'en 2007

Ce pourrait donc être un axe de réflexion pour les pays fortement touchés par la crise, qui afficheront l'an prochain une dette d'une moyenne de 110% de leur PIB… soit 35 points de plus qu'en 2007. Parmi les pays les plus endettés, on trouve le Japon (242,3%), la Grèce (174%) et l'Italie (133,1%). La France fait presque figure de bonne élève avec 94,8%, quand les États-Unis, empêtrés dans le shutdown, franchiront la barre des 100% à 107,3%.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis