FMI : hausse de la croissance un peu partout sauf aux USA et au Royaume-Uni

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 24 juillet 2017 à 6h51
Criossance France Monde Fmi Previsions Trump Brexit Politique
1,7%Le FMI table sur une croissance de 1,7 % en France en 2018.

Les dernières prévisions de croissance du Fonds Monétaire International (FMI) ont de quoi donner le sourire : l’économie mondiale devrait aller mieux et la crise économique de 2008 enfin être passée, après près de 10 ans. Au niveau mondial, en tout cas, le FMI a revu la croissance à la hausse. Seul hic : aux Etats-Unis et au Royaume-Uni où ça n’a pas l’air d’aller.

Plus de 3,5 % de croissance en 2017 et 2018

Si les prévisions mondiales ne sont pas revues à la hausse par le FMI, qui a publié son dernier rapport le 23 juillet 2017, elles restent très positives : pour 2017 l’économie mondiale devrait croître de 3,5 %. Pour 2018 la prévisions de croissance est maintenue à 3,6 %, soit 0,4 % de plus qu’en 2016. La reprise semble donc bien être là.

L’Union Européenne devrait fortement en bénéficier : le FMI a revu à la hausse ses prévisions de croissance en 2017 et 2018. L’économie de la zone euro, notamment, devrait croître de 1,9 % en 2017 et 1,7 % en 2018, des prévisions en hausse de 0,2 % et 0,1 %, respectivement, par rapport aux dernières publiées par le Fonds Monétaire International.

La France, notamment, devrait réussir à, enfin, atteindre une croissance de 1,5 % (2017) et 1,7 % (2018) soit plus que la limite arbitraire prévue par les économistes pour que la création d’emplois soit stable et de longue durée.

Etats-Unis et Royaume-Uni déçoivent

Si le FMI est optimiste, tout n’est pas rose partout. Deux grandes économiques, notamment, risquent d’avoir des problèmes.

Les États-Unis, où Trump a toujours clamé réussir à faire remonter la croissance au-dessus de 3 %, ne devraient pas y arriver. Le FMI revoit ses prévisions de croissance fortement à la baisse outre-Atlantique ne tablant désormais plus que sur 2,1 % en 2017 et 2018.

De même, le Royaume-Uni, en plein Brexit, voit ses prévisions de croissance chuter à 1,7 % (-0,3%) en 2017 et 1,5 % en 2018.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «FMI : hausse de la croissance un peu partout sauf aux USA et au Royaume-Uni»

Laisser un commentaire

* Champs requis