Taxe à 75 % : les clubs de football menacent de faire grève

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 17 octobre 2013 à 15h43

Cela fait des mois que la polémique autour de la taxation à 75 % des clubs de football fait rage. Notamment depuis le retour de Monaco en Ligue 1.

Le ras-le-bol fiscal touche donc également les clubs de football, dont les plus riches, à l'instar du PSG, comptent de nombreux millionnaires. Et ces derniers, pour se faire entendre, menacent aujourd'hui de faire grève. Selon les informations révélées par le Journal du dimanche (JDD), les patrons des principaux clubs de football de Ligue 1 et de Ligue 2 envisageraient de boycotter la 11ème journée de Ligue 1 et la 12ème journée de Ligue 2, soit le week-end du 26 octobre.

Les patrons des clubs ne veulent pas entendre parler de la taxe à 75 %

L'Assemblée générale de l'UCPF, l'Union des Clubs Professionnels de Football devrait se prononcer à ce sujet le 24 octobre prochain. Les patrons des clubs entendent donc protester contre l'application de cette taxe exceptionnelle qui sera discutée la semaine prochaine à l'Assemblée nationale. La taxe ne s'appliquerait pas aux joueurs, mais aux entreprises, dès lors qu'elles versent un salaire de plus d'un million d'euros annuel à ses joueurs.

Les 20 millions d'euros de taxes du PSG

Et à ce petit jeu, un club comme le Paris Saint-Germain, qui compte 21 millionnaires, soit vingt joueurs plus Laurent Blanc, l'entraîneur de l'équipe, risque bien d'être pénalisé. Si la taxe venait à être appliquée, le club parisien devrait alors s'acquitter de 20 millions d'euros d'impôts supplémentaires. Mais là, les différences entre les clubs sont importantes. Ainsi des "petits" club comme Guingamp ou Ajaccio, qui ne comptent qu'un millionnaire parmi leurs joueurs, ne devraient "que" payer la somme de 50 000 euros à l'Etat.

Le "cas Monaco"

Reste enfin le problème de Monaco. Le club, de retour en Ligue 1 depuis le début de la saison fait figure d'exception puisqu'il s'agit de la seule équipe "étrangère" à jouer en compétition française. Son siège social étant situé sur la principauté, il bénéficierait donc de tous les avantages de la Ligue 1, sans les inconvénients financiers, comme cette taxe à 75 % , si elle venait à être appliquée.

A terme, si le club refusait de s'installer sur le sol français, cela pourrait se conclure par une exclusion du championnat. Mais c'est déjà une autre histoire...

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis