Trois ans après leur divorce, Carrefour et Dia se marient à nouveau

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 24 novembre 2014 à 13h32

Les aléas du business... Après onze ans de vie commune, Carrefour et Dia France avaient décidé de se séparer en 2011, Dia reprenant son indépendance avec ses 800 magasins. Mais la crise a eu raison des velleiltés d'indépendance de Dia : cet été, Carrefour a proposé de racheter le réseau français pour 600 millions d'euros. L'autorité de la Concurrence a donné son feu vert. Carrefour va pouvoir densifier son maillage du territoire.

Mais la reprise de Dia par Carrefour ne se fait pas sans conditions : L'autorité de la Concurrence demande au distributeur de céder une cinquantaine de magasins, là où la proximité d'un Dia et d'un Carrefour Market fausserait le jeu de la concurrence, les deux enseignes étant désormais cousines, pour ne pas dire soeurs.

Pourquoi Dia est retourné dans les bras de Carrefour ? La crise, bien évidemment, qui a paradoxalement fait du mal aux hard-discounters, dont les part de marché ont chuté en France... à cause de la concurrence des grands hypers, qui ont adapté leur politique tarifaire et leur offre à la crise ! Désormais sous contrôle de Carrefour, Dia pourra mieux surmonter la concurrence, bénéficiant de la force de frappe de la centrale d'achat de Carrefour, numéro deux mondial, et numéro un en Europe. (100 milliards d'euros de CA en 2013 pour 365 000 employés).

Dia emploie en France 7500 personnes, et a réalisé 2,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Dia, à l'international, est numéro 3 mondial du hard-discount et contrôle 6500 magasins en direct ou franchisés.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis