Après le « pognon dingue », Emmanuel Macron s’attaque aux « dingues de pognon »

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 18 juin 2018 à 16h05
Vladimir Putin And Emmanuel Macron 2017 05 29 06
3,9 millions €Georges Plassat a finalement refusé 3,9 millions d'euros sur les 14 millions initialement prévus.

Le Journal du Dimanche croit savoir qu’Emmanuel Macron aurait lancé une nouvelle punchline, destinée à l’ancien PDG de Carrefour, et à sa retraite chapeau d’un montant de 14 millions d’euros.

Emmanuel Macron s'en prend aux "dingues de pognon"

L’ancien PDG du groupe Carrefour, c’est Georges Plassat. Ce dernier a récemment quitté la direction du groupe de grande distribution. Comme le veut la règle, ce patron devrait bientôt percevoir ce que l’on appelle sa retraite chapeau. Un autre terme pour qualifier ce que beaucoup nomment aujourd’hui un parachute doré. Et le montant de ce parachute s’élève à 14 millions d’euros.

Une somme qui a visiblement fait bondir le chef de l’Etat, croit savoir le Journal du Dimanche. D’après l’hebdomadaire, Emmanuel Macron aurait fustigé les "dingues de pognon". Une punchline inspirée directement de celle qu’il avait utilisé au sujet des aides sociales, dans une vidéo qui a "fuité" depuis l’Elysée, où il déplorait le « pognon de dingue » versé par l’Etat aux personnes les plus pauvres, sans résultats probants pour le chef de l’Etat.

Georges Plassat réduit sa retraite chapeau

Des déclarations qui ont dû remonter aux oreilles de l’intéressé puisque Georges Plassat a finalement accepté de déduire de sa retraite chapeau le montant de sa clause de non-concurrence, soit 3,9 millions d’euros. Avec plus de neuf millions d’euros dans l’escarcelle, la retraite de cet ancien patron est bien assurée. Cela dit, Georges Plassat partira à la retraite non sans avoir eu les oreilles qui sifflent.

Dernièrement, c’est le ministre de l’Economie qui s’émeuvait des rémunérations trop élevées récompensant l’échec. C’est dire la piètre image qu’a Bruno Le Maire de Georges Plassat, qui quitte un groupe Carrefour en pleine restructuration.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Aucun commentaire à «Après le « pognon dingue », Emmanuel Macron s’attaque aux « dingues de pognon »»

Laisser un commentaire

* Champs requis