Grèce : l’Eurogroupe s’achève une nouvelle fois sans accord

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Publié le 25 juin 2015 à 22h39
Grece Zone Euro Explosion Europe
1,6La Grèce doit 1,6 million d'euros au FMI

Un petit air de déjà vu. Alors que les ministres des Finances des pays de la zone euro se réunissaient à nouveau pour essayer de sortir la Grèce de l'impasse, ils n’ont pas réussi à se mettre d’accord avec les responsables politiques grecs. Et chacun campe plus que jamais sur ses positions, après des mois de négociations infructueuses et de bras de fer. Mais pourtant, les protagonistes veulent croire qu’une "happy end" est encore possible.

Un optimisme de façade ?

Cette "happy end", ce serait que le pays ne fasse pas défaut, qu’il ne sorte pas de la zone euro ni de l’Union Européenne, ce qui lui pend au nez faute d’accord. En effet, le pays doit rembourser des dettes astronomiques à ses créanciers (FMI, BCE et UE), mais n’a pas le premier centime, et ne veut pas procéder à de nouvelles réformes (du système des retraites et de la TVA notamment) pour trouver l’argent nécessaire.

Les reponsables politiques grecs, dont le Premier ministre Alexis Tsipras, estiment en effet avoir déjà mené l'essentiel des réformes d'austérité exigées par la troïka.

Mais en attendant une issue heureuse, la réunion d’hier s’est encore terminée sans qu’aucun accord précis ne puisse être entériné entre les différentes parties.

Des propositions trop faibles

En début de semaine, Athènes a fait de nouvelles propositions de réformes. L’Eurogroupe les a donc examinées, mais visiblement la copie est encore jugée insuffisante pour que les institutions européennes et internationales acceptent de nouveaux délais dans le remboursement de la dette et de nouveaux prêts, dont le pays a vitalement besoin, ne serait-ce que pour payer ses fonctionnaires et ses retraités.

Une prochaine réunion doit avoir lieu, peut-être samedi. Il y a urgence : au 30 juin, la Grèce doit rembourser 1,6 million d’euros au FMI. Et si elle n’y parvient pas, l’institution dirigée par Christine Lagarde pourrait déclarer le pays en cessation de paiement. Le compte à rebours se poursuit, plus que jamais.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.