Hausse des prix immobiliers : jusqu’où peuvent-ils aller ?

Michel Mouillart
Par Michel Mouillart Publié le 7 juin 2021 à 11h04
Immobilier Million Transactions 2
3,9%En avril 2021, France entière, la marge de négociation s'est établie à 3,9%, en moyenne.

Si l’Acte 2 du confinement avait quelque peu ralenti (sans toutefois l’arrêter) leur course folle, la hausse des prix reste rapide dans l’immobilier ancien. Dès le mois de mars dernier, leur progression a ainsi repris à un rythme soutenu. Et alors que certains rêvent d’une vie plus rurale, force est de constater que la hausse des prix dans les grandes villes ne marque toujours pas de pause.

Immobilier : les prix ne lèvent pas le pied !

Loin de ralentir, le prix de l’immobilier ancien continue d'augmenter. Jugez plutôt, sur les douze derniers mois, les prix des logements anciens (3 605 €/m²) enregistrent 5 % de hausse. Ce qui fait dire à Michel Mouillart, porte-parole du Baromètre LPI-SeLoger que « la hausse reste donc rapide, en dépit d’un nouvel affaiblissement des prix provoqué par le troisième confinement ». Quant au record de vitesse, il revient aux appartements dont on pourrait dire des prix de vente qu'ils sont passés en vitesse lumière… Et pour cause, la hausse atteint 3,4 % sur les trois derniers mois et elle culmine à 6 % sur l’année. À fin-avril, le prix au mètre carré d’un appartement avoisine les 4 104 €. Du côté des maisons, toujours pas de ralentissement en vue, avec des prix signés (3 083 €/m²) qui accusent 1,6 % de hausse au trimestre et 3,6 % à l’année.

Une hausse particulièrement marquée dans les villes les plus abordables

Si l’exode urbain est une réalité pour certains, il n’en reste pas moins que les prix des appartements continuent d’augmenter rapidement dans les grandes villes. «Dans 75 % des villes de plus de 100 000 habitants, la hausse des prix des appartements anciens est toujours d’au moins égale à 5 % sur un an (65 % des villes de plus de 50 000 habitants) : elle est même d’au moins 10 % dans 30 % des grandes villes. D’ailleurs parmi les villes avec une hausse des prix d’au moins 10 %, on trouve beaucoup de villes moyennes où les prix ne dépassent guère les 2 000 €/m² : Cholet, Évreux, Montauban, Saint-Quentin ou Troyes. Enfin, au niveau des métropoles, la hausse des prix des appartements est générale.

Les marges de négociation continuent de sombrer

Face à des acheteurs dont les prix d’offre se redressent (encore et toujours) sur le marché des appartements (+ 3 % sur les prix signés sur les trois derniers mois) et à des acquéreurs qui n’hésitent désormais plus à acheter « au prix », les marges de négociation poursuivent leur baisse… En avril 2021, France entière, la marge de négociation s’est établie à 3,9 %, en moyenne : 3,4 % pour les appartements et 4,3 % pour les maisons. Enfin, que ce soient les acheteurs qui y renoncent d'eux-mêmes (sur les marchés les plus tendus) ou les vendeurs qui les revoient à la baisse (sur les territoires en panne d’attractivité), les marges de négociation continuent de faire profil bas…

L'activité immobilière redécolle (+ 38,9 % en trois mois)

Les restrictions, qui ont accompagné le troisième confinement (dont on espère qu’il sera le dernier !), n'auront finalement eu qu'un impact relativement limité sur le marché immobilier hexagonal. Tout en restant moins nombreuses (de 13 %) qu’en 2019, à la même époque de l’année, il est ainsi à noter que les ventes réalisées depuis le début de l’année 2021 ont retrouvé leur niveau des premiers mois de 2015, le volume des transactions accusant un bond de 38,9 % en rythme trimestriel glissant.

Michel Mouillart

Professeur d'Economie à l'Université Paris Ouest, FRICS