71 % des Français favorables à une défiscalisation des heures supplémentaires

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 9 mars 2015 à 9h38
Heures Supplementaires Defiscalisation France Sondage
17,5 milliards €La défiscalisation des heures supplémentaires a coûté 17,5 milliards d'euros à l'Etat en cinq ans.

Travailler plus pour gagner plus. La rengaine attribuée à Nicolas Sarkozy revient sur le terrain politique. D'après un sondage CSA pour Les Echos, l'Institut Montaigne et Radio Classique, les 2/3 des Français seraient favorables à un retour de la défiscalisation des heures supplémentaires.

Une mesure que François Hollande avait supprimé symboliquement à son arrivée au pouvoir.

Deux Français sur trois favorables à une défiscalisation des heures supplémentaires

D'après un sondage CSA pour Les Echos, Radio Classique et l'Institut Montaigne, deux Français sur trois, soit 71 % des personnes interrogées seraient favorables à une remise en place de la défiscalisation des heures supplémentaires. Cette mesure, instaurée par Nicolas Sarkozy et le gouvernement Fillon en 2007, avait pour but d'exonérer d'impôts la totalité des revenus issus de ces heures supplémentaires pour les salariés, et de baisser les cotisations patronales pour les employeurs.

Une mesure supprimée par François Hollande

En 2012, à son arrivée au pouvoir, François Hollande l'avait purement et simplement supprimé, ayant préféré par la suite supprimer la première tranche d'imposition sur le revenu. Aujourd'hui, bien que Nicolas Sarkozy peine à convaincre sur son retour en politique, cette mesure qui lui est directement attribuée continue de faire recette. Il faut dire qu'en plein débat sur le travail dominical, elle n'est pas totalement dénuée de sens.

Les Français veulent travailler plus pour gagner plus

Enfin, à l'heure où l'on parle de retour à la croissance, et de relance de la consommation, cette proposition peut faire réfléchir. Quoi qu'il en soit, il semble évident que les Français sont aujourd'hui volontaires pour travailler plus, à condition que cela termine directement dans leurs poches, et non pas dans celles de l'Etat. C'était tout le but de cette mesure sur laquelle Nicolas Sarkozy continue de s'appuyer.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis