Impôts : après 30 milliards de hausses, 1 petit milliard de baisse (à crédit)

Par Olivier Sancerre Modifié le 12 mai 2014 à 21h57

Les 650 000 ménages modestes que Manuel Valls et François Hollande veulent sortir de l'imposition vont réclamer plus de travail que prévu pour l'exécutif.

Objectif : éviter à tout prix que ces foyers aux petits budgets ne soient pas frappés par l'impôt sur le revenu, alors que leurs revenus n'ont pas évolué.

650 000 foyers qui coûtent cher

Le Premier ministre l'a martelé durant son interview à TF1 : ces 650 000 ménages doivent impérativement « sortir de l'impôt », une nasse où ils risquent bien de tomber alors plusieurs mesures fiscales vont rentrer en vigueur cette année, comme la réduction du quotient familial ou les heures sup' refiscalisées.

Le dispositif que doit mettre en place le gouvernement se montre finalement plus complexe que prévu, et surtout… plus coûteux. D'une, le nombre de ménages concernés pourraient se monter à un million si Bercy ne fait rien pour eux. De fait, il faut mettre en place une mesure visant large, c'est à dire les contribuables générant de 1,2 à 1,3 fois le Smic.

Au-delà des 500 millions

Et cela signifie aller au-delà des 500 millions d'euros qui étaient budgétisés pour financer la mesure. Il faudra sans doute parler d'une fourchette de 500 à 900 millions d'euros, qui se rajouteront aux quelques 4 milliards d'euros à dénicher dans le budget 2014 pour boucler l'année. Sans oublier les mesures d'économies et l'obligation pour Paris de rester dans les clous de la modération des dépenses afin de satisfaire Bruxelles…

L'affichage politique est ici au moins aussi important que les efforts à mettre en place. De 2010 à 2013, trois millions de foyers sont rentrés dans l'impôt.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis