Une indemnité partielle pour les entreprises fermées administrativement

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 12 mars 2021 à 12h59
Indemnite Partielle Entreprises Fermeture Administrative
70%Les grandes entreprises fermées administrativement pourraient ne bénéficier que d'une indemnisation à hauteur de 70%.

Une fois n’est pas coutume, je vais pousser aujourd’hui un gros coup de gueule. Figurez-vous que pour venir en aide aux entreprises fermées administrativement à cause du coronavirus, les autorités ont imaginé un nouveau dispositif.

Une aide partielle pour les entreprises

À partir du 31 mars, elles pourront demander une prise en charge de leurs frais fixes. C’est on ne peut plus logique : elles ne peuvent pas gagner d’argent puisqu’elles sont fermées. Seulement voilà : plutôt que de dire « on prend en charge vos frais fixes à 100% », un haut fonctionnaire a décrété que cette prise en charge serait seulement partielle !

Pour les petits, ce sera 90% de prise en charge, et pour les plus gros, ce sera 70% seulement. Autrement dit, on vous ferme, par mesure sanitaire. Donc, on vous empêche de travailler et de gagner votre vie. On consent généreusement à vous aider, après avoir provoqué votre fermeture. Mais on vous aide seulement partiellement !

Pour une indemnisation totale

C’est absolument kafkaïen, d’autant que les patrons de ces entreprises fermées n’ont plus de revenus du tout, faute d’avoir droit au chômage partiel. Parfois, depuis des mois et des mois. Beaucoup sont totalement ruinés et ne peuvent plus subvenir aux besoins de leur famille.

Coup de gueule du jour donc : que tous ceux qui sont empêchés de travailler, soient indemnisés totalement : « quoi qu’il en coûte » comme dirait l’autre.

Retrouvez le podcast

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016. Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time.  En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007. Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an. En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier.  Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.   Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Aucun commentaire à «Une indemnité partielle pour les entreprises fermées administrativement»

Laisser un commentaire

* Champs requis