Selon l’Insee, la reprise ce n’est pas maintenant

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 21 juin 2013 à 6h07

Le rapport de l'Insee qui tombait à pic… ou pas.

Les chiffres publiés jeudi soir par l'Institut national de la statistique viennent malheureusement contredire le président de la République, qui quelques heures plus tôt, réaffirmait devant la conférence sociale sa volonté d'infléchir le chômage d'ici la fin de l'année.

Une courbe du chômage qui monte mais qui ne s'inverse pas


Selon ces chiffres, le chômage pourrait donc continuer d'augmenter fin 2013 pour atteindre un pic de 10,7 % en métropole. On se rapproche d'un record historique de 10,8 % en 1994 et 1997. Pour la France entière, le taux atteindrait même les 11,1 % pour le dernier trimestre de cette année. Pour la France, DOM compris, le record est actuellement de 11,2 %, atteint en 1997.

Cela fait donc 7 trimestre que l'Insee annonce des chiffres à la hausse en ce qui concerne le nombre de personnes sans emploi en France. Et aujourd'hui plus d'un an que le chef de l'Etat affirme que le taux de chômage va baisser. A ce sujet Michel Sapin, ministre de l'Economie, précise à toutes fins utiles qu'il ne s'agit que de prévisions trimestrielles et donne l'explication suivante : "ça veut dire que la situation en début de trimestre n'est pas forcément la même qu'à la fin, d'ailleurs entre les deux il y a ce qu'on appelle l'inversion de la courbe du chômage".

Pas d'inversion de la tendance en 2013 pour l'Insee


Une inversion qui ne vient toujours pas et qui pour l'Insee n'est pas prête de se produire avant 2014. Tout d'abord car la France va continuer de détruire plus d'emplois qu'elle n'en crée. Ensuite car la population active continue d'augmenter, alors que de son côté la croissance du pays n'est pas au rendez-vous, l'Insee prévoyant une récession de 0,1 % en 2013 par rapport à 2012. La seconde journée de la conférence sociale de François Hollande risque d'être longue.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense.