Interdiction de certains vols intérieurs : les députés ont voté la mesure

Par Anton Kunin Modifié le 12 avril 2021 à 10h32
Air France Recapitalisation 1
3%Selon Mathieu Escot, le directeur adjoint en charge des études et du lobby à l'UFC-Que Choisir, cette interdiction permettra de réduire les émissions de gaz à effets de serre d'Air France de 3% seulement.

La contrepartie demandée par Bercy à Air France lors du déclenchement du gigantesque plan de sauvetage en mai 2020, fait enfin son chemin dans la loi : le 10 avril 2021, dans le cadre du projet de loi Climat, les députés ont voté l’interdiction (en principe) des vols intérieurs lorsqu’il existe une alternative en train de moins de 2h30.

Interdiction de vols intérieurs : le trafic passagers ne sera impacté que marginalement

« Se transformer pour devenir une compagnie plus écologique » : c’est la condition qui avait été posée à Air France par Bercy en mai 2020 avant de lui octroyer 7 milliards d’euros d’aide de l’État et autant en prêts, via les banques ou directement par le Trésor public. Onze mois plus tard, vient le temps de traduire les paroles en actes, et donc dans la loi. Le samedi 10 avril 2021 au soir, les députés ont donc voté, dans le cadre du projet de loi Climat, l’interdiction des vols intérieurs lorsqu’il existe une alternative en train de moins de 2h30.

Trois lignes, toutes opérées par Air France, seront concernées par cette interdiction : Orly-Nantes, Orly-Lyon et Orly-Bordeaux. Les habitants de ces villes ayant l’habitude de regagner Paris par avion, vont-ils en pâtir ? Pas vraiment. Il faut savoir que sur ces lignes, la majeure partie du trafic transite par l’aéroport de Roissy : 54% du trafic sur la ligne Paris-Bordeaux, 78% sur la ligne Paris-Lyon et 82% sur la ligne Paris-Nantes.

L’impact de cette interdiction de vols intérieurs sera quasi-nul

Si l’on se fie au texte voté par l’Assemblée nationale, interdire ces liaisons depuis et vers l’aéroport de Roissy sera plus compliqué. Ces vols resteront autorisés dès lors qu’ils permettent une correspondance sur un vol international. Et à l’aéroport de Roissy, des correspondances à l’international, il y en a plein. Les vols vers Roissy vont donc rester. En plus, vu l’importance de cet aéroport en termes de trafic passagers, l’impact de cette interdiction sera donc quasi-nul.

Avant même l’annonce de Bercy, en mai 2020, l’idée d’interdire les vols intérieurs avait été suggérée par la Convention citoyenne pour le climat. Mais cette convention suggérait un seuil de 4 heures d’équivalent en train et non pas de 2h30. Si ce seuil avait été retenu, cela aurait permis d’interdire également les lignes aériennes Paris-Nice, Paris-Toulouse et Paris-Marseille, les plus émettrices de gaz à effet de serre.

Aucun commentaire à «Interdiction de certains vols intérieurs : les députés ont voté la mesure»

Laisser un commentaire

* Champs requis